Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 9 juin 2018

Pierre-Henri Tavoillot : «On démultiplie les petites peurs comme un moyen de retrouver un sens à sa vie»

Par Paul Mousset — 


Dessin Christelle Enault

Peur du changement climatique, de la pollution, des maladies : pour le philosophe, l’absence de grand récit qui réconforte crée une angoisse de vivre. Quitte à craindre les risques du progrès ?

Tavoillot
Photo DR
Petite inquiétude ou grande angoisse, rationnellement fondée ou savamment entretenue, la peur accompagne notre quotidien. Ce qui fut, et reste, l’arme de prédilection des populismes de tout poil est devenu un instrument de persuasion publicitaire pour une société hygiéniste et une inépuisable mine d’or pour la production hollywoodienne. Vivons-nous dans une société trop timorée ? Nous sommes-nous laissés gagner par une culture de peur ? Le philosophe Pierre-Henri Tavoillot (photo DR),maître de conférence à l’université Paris-Sorbonne, vient de consacrer un triple CD (Frémeaux & Associés) à cette question.

L’Etablissement de santé mentale dans la ligne de mire de l’église de scientologie



La Commission des citoyens pour les droits de l’homme a-t-elle une vision actuelle de ce qui se passe au sein de l’Établissement public de santé mentale ?  Archives photo Le DL
La Commission des citoyens pour les droits de l’homme a-t-elle une vision actuelle de ce qui se passe au sein de l’Établissement public de santé mentale ? Archives photo Le DL
Le communiqué est aussi ronflant qu’inquiétant. “La Commission des citoyens pour les droits de l’homme (CCDH) organise une manifestation devant l’Établissement public de santé mentale (EPSM) de la vallée de l’Arve […] afin de dénoncer les pratiques inhumaines et dégradantes au sein de cet établissement.”
Lire la suite ...

    Cuisine, ménage, soin... Cinq questions sur le travail non rémunéré

    Par Juliette Deborde — 
    Los Angeles, Californie, Etats-Unis. 2006
    Los Angeles, Californie, Etats-Unis. 2006 Photo Olivier Culmann.Tendance Floue


    Ces tâches domestiques, largement assumées par les femmes, représentent 10 000 milliards de dollars de manque à gagner pour l'économie mondiale selon l'ONG Oxfam, qui appellait les dirigeants du G7 à enfin les prendre en considération.

    Psychiatrie : accord trouvé à l'hôpital du Rouvray

    franceinfo:
     
    "Nous sommes plus que contents de l'issue du conflit. Hier encore, nous n'avions ni interlocteur, ni création de poste".  Pour Jean-Yves Herment, un des premiers grévistes de la faim dans le conflit de l'hôpital du Rouvray, hospitalisé d'urgence le 4 juin dernier, la victoire est savoureuse. 
    Un compromis a été trouvé entre l'intersyndicale de l'hôpital psychiatrique de Rouen, où des salariés se mobilsaient pour demander des créations de postes, et l'Agence régionale de santé (ARS), a indiqué vendredi l'ARS à l'AFP.

    30 créations de postes et deux nouvelles unités de soin

    La CFDT a confirmé qu'un accord avait été trouvé. Interrogé par un correspondant de l'AFP, Sébastien Ascoet, délégué syndical CGT, qui participait aux négociations, a précisé que l'accord portait notamment sur la création de 30 postes et d'une unité pour adolescents.
    Interrogé par l'AFP, l'ARS n'a pas confirmé dans l'immédiat le contenu de l'accord mais a promis de le révéler par le biais d'un communiqué.

    Selon la CGT, l'accord comprend aussi la création d'une unité hospitalière spécialement aménagée (UHSA), c'est-à-dire une unité qui prend en charge des personnes incarcérées nécessitant des soins psychiatriques en hospitalisation complète.

    Psychiatrie : un plan d'action national pour la réduction des soins sans consentement

    Coline Garré
    | 07.06.2018


    Le Comité national de pilotage de la psychiatrie, présidé par Cécile Courrèges, directrice générale de l'offre de soins, et le Dr Yvan Halimi, a validé le 6 juin un plan d'action pour la réduction du recours aux soins sans consentement ainsi qu'aux mesures d'isolement et de contention. 
    L'objectif : limiter les prises en charge sans consentement et développer les alternatives à ces pratiques. Début 2017, la mission d'évaluation des députés Denys Robiliard et Denis Jacquat constatait une augmentation du recours à ces soins : En 2015, 92 000 patients étaient soignés sans leur consentement (5,4 % de la file active totale suivie en psychiatrie), contre 80 000 en 2012, soit une augmentation de 15,9 %, alors que la hausse de la file active des patients suivis en psychiatrie n'est que de 4,9 %, selon les chiffres de l'Institut de recherche et documentation en économie de la santé (IRDES)*. En outre, les députés s'inquiétaient d'une banalisation des admissions pour péril imminent (SPI) (procédure allégée) avec un doublement des patients concernés entre 2012 et 2015.

    L’histoire de l’art est-elle une histoire de couples ?

    L'INVITÉ DES MATINS par Guillaume Erner
    08/06/2018
    17 MIN

    Depuis avril dernier et jusqu’au 20 août prochain, le Centre Pompidou-Metz dévoile une exposition autour des « couples modernes » formés par des artistes du XXème siècle, de ceux qui ont fait de leur amour le moteur de leur création artistique à ceux que la passion a détruit.
    Les artistes Charles et Ray Eames assis dans leur salon à Santa Monica (Californie) en 1950•
    Les artistes Charles et Ray Eames assis dans leur salon à Santa Monica (Californie) en 1950• Crédits : Peter Stackpole -Getty
    Les artistes féminines, qui ont longtemps été les grandes oubliées de l’histoire de l’art, y sont mises à l’honneur en tant que créatrices.

    Éloge de l'angoissé

    Laurent Sagalovitsch — 


    Je suis tellement angoissé que lorsque je ne le suis pas, je m'angoisse de ne pas l'être. Je peux m'angoisser autant pour la vétusté apparente de mon frigidaire que pour le devenir de mon âme après ma mort. Et si j'angoisse d'être angoissé, c'est pour mieux apprécier ce moment où délivré partiellement de mes angoisses, je m'imaginerai toutes sortes de raisons pour sentir l'angoisse renaître en moi. Ainsi s'établit un cercle vicieux qui embastille la personne angoissée dans une sorte de prison d'où elle ne souhaiterait sortir de peur de ne pouvoir réintégrer un jour prochain sa cellule.

    L'angoissé n'a pas la vie facile. Une constante inquiétude le ronge de l'intérieur, son esprit ressemble à une éolienne sans cesse battue par les vents et dont les pâles s'agiteraient dans tous les sens au point de s'envoler d'elles-même dans la splendeur d'un ciel hachuré d'une pluie cinglante.



    Une structure à Pontarlier pour le handicap psychique

    LE 09/06/2018 

    L’association Hygiène sociale de Franche-Comté va s’installer dans la partie inutilisée du pôle de psychiatrie Grandvallier. Reste à savoir quand… Photo L.C.
    Photo HDL’association Hygiène sociale de Franche-Comté va s’installer dans la partie inutilisée du pôle de psychiatrie Grandvallier. Reste à savoir quand… Photo L.C.

    «  Pourquoi ne pas créer une structure spécialisée pour le handicap psychique à Pontarlier ? » Cette question, Olivier Volle, directeur du Centre hospitalier intercommunal de Haute-Comté, a réussi à y répondre. Et également à résoudre un autre problème : que faire des locaux construits en 2012 et inutilisés à ce jour au pôle psychiatrique de Grandvallier ?
    Les réponses tiennent en une solution : l’association d’hygiène sociale de Franche-Comté (AHSFC) va s’installer dans ces locaux. Cette association gère des structures médico-sociales, et notamment des maisons d’accueil spécialisées (MAS). « Nous souhaitons accompagner des personnes adultes en situation de handicap psychique sur le territoire du Haut-Doubs, explique David Chausson, son directeur-adjoint. Cela conduit à la création d’un lieu de vie spécialisé. » Prévue pour septembre, l’installation a pris du retard. Elle ne sera pas effectuée avant la fin de l’année. Des travaux d’installation d’un ascenseur devraient commencer dans les semaines à venir.

    vendredi 8 juin 2018

    TV – « Attentats, agressions : surmonter le traumatisme »

    A voir aussi ce soir. Un documentaire aborde la délicate question de la reconstruction de personnes qui ont frôlé la mort (sur France 5 à 20 h 50).
    LE MONDE  |  Par 
    Jean-Camille a pris une balle dans le dos lors de l’attaque terroriste du Bataclan, le 13 novembre 2015.Jean-Camille a pris une balle dans le dos lors de l’attaque terroriste du Bataclan, le 13 novembre 2015. © PULSATIONS/17 JUIN PRODUCTIONSDès qu’il entend le moindre bruit, même le plus anodin, Jean-Camille pense qu’il va mourir. Ce trentenaire, au physique imposant, se sent « tout le temps en danger ». Comment pourrait-il en être autrement ? Le 13 novembre 2015, il se trouvait, avec sa compagne, Fanny, au concert du groupe de rock californien Eagles of Death Metal, au Bataclan, lors de ce soir funeste où trois terroristes ont tué 130 personnes et blessé plus de 400 autres.Lire la suite ...

    BECKETT RACONTÉ PAR LES SIENS

    Logo Le nouveau magazine littéraire

    Eugénie Bourlet   06/06/2018

    À l'occasion de la parution d'un dossier littéraire sur Samuel Beckett dans le numéro 6 du Nouveau Magazine littéraire, découvrez Beckett vu par ses proches dans cette archive du mensuel.

    dossier-beckett2

    Fin avril paraissait dans la collection Blanche de Gallimard le dernier tome d'une sélection de la correspondance de Samuel Beckett. Au total, une sélection de 2500 écrits à ses proches. L'auteur avait préconisé à Jérôme Lindon, son exécuteur littéraire : « Je veux bien qu'on publie mes lettres après ma mort, mais uniquement celles qui concernent mon oeuvre ». L'intérêt est premièrement d'y lire son travail de création littéraire et ses influences. On découvre ainsi dans l'un des quatre volumes publiés les lettres du tout jeune écrivain à James Joyce relatives à Finnegans Wake, que ce dernier vient alors de publier, son intérêt pour la littérature européenne, Dante, Goethe, Racine… Une mise en lumière, donc, de ses avant-travaux et de sa nourriture intellectuelle. 


    Vox Pop Enfants en danger

    Résultat de recherche d'images pour "arte logo"

    Résultat de recherche d'images pour "Vox Pop Enfants en danger / L’eau : un droit ou une marchandise ?"
    Disponible du 02/06/2018 au 02/08/2018
    (29 min.)
    Résultat de recherche d'images pour "Vox Pop Enfants en danger / L’eau : un droit ou une marchandise ?"

    ENFANTS EN DANGER : QUE FONT LES SERVICES SOCIAUX ? Dans l’Union européenne, 18 millions d’enfants souffrent de maltraitance : que doivent faire les États pour les repérer, les protéger et les accompagner ?


    Des gènes uniques chez les humains expliquent la taille considérable de leurs cerveaux

    PAR  · PUBLIÉ 

    Selon une étude menée par des chercheurs de l’Université de Californie à Santa Cruz, un ensemble de 3 gènes presque identiques chez l’homme semble jouer un rôle crucial dans le développement de nos grands cerveaux.

    Un crâne avec une superposition du cerveau - Crédit : Fiddes et al./Cell

    Les gènes sont apparus il y a entre 3 et 4 millions d’années, juste avant la période où les fossiles montrent une augmentation spectaculaire de la taille du cerveau des ancêtres humains. Chez les humains modernes, les gènes sont impliqués dans des anomalies génétiques associées à des troubles neurologiques.


    La famille de gène Notch

    Publiée dans la revue Cell, l’étude représente plus de 5 années de travail pour caractériser les gènes, leur rôle dans le développement neurologique et leurs origines évolutives.1 Ils appartiennent à une ancienne famille de gènes connus sous le nom de gènes Notch, d’abord découverts chez les mouches des fruits et nommés pour un défaut génétique causant des ailes entaillées.