Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

mercredi 30 novembre 2016

Santé des jeunes : François Hollande dévoile un plan qui fait la part belle aux psys

Coline Garré    29.11.2016

François Hollande avait fait de la jeunesse une priorité de son quinquennat. Le président de la République, entouré de pas moins de 4 ministres (Marisol Touraine, Najat Vallaud-Belkacem, Laurence Rossignol et Patrick Kanner) a dévoilé ce 29 novembre, à l'Élysée, un plan santé et bien-être des jeunes, nourri du rapport du Pr Marie Rose Moro (professeur de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, Université de Paris-Descartes, Sorbonne Paris-Cité et chef de service de la Maison de Solenn) et de Jean-Louis Brison (inspecteur d’académie).
Selon le Pr Moro, 8 à 15 % des jeunes Français seraient en souffrance psychique. « Sur 50 000 à 80 000 viols ou violences sexuelles annuelles, 40 % concernent des moins de 15 ans », a souligné de son côté Laurence Rossignol. En face, le système de santé patine : entre 2007 et 2014, on constate une diminution de 48 % des postes de pédopsychiatrie, en même temps qu'une augmentation de 22 % des jeunes suivis en psychiatrie infanto-juvénile. « Il faut augmenter le bien-être de tous, à l'intérieur de l'école », a exhorté le Pr Moro. « L'école est un lieu où l'on peut percevoir les signes de souffrance », a complété Jean-Louis Brison.

Un pass santé jeune
Le plan se fixe 4 objectifs : que les professionnels puissent mieux identifier les signes du mal-être, que les jeunes se sentent plus soutenus, qu'ils soient mieux et précocement orientés, et qu'une veille partagée sur ces sujets se mette en place.
Mesure phare, le pass santé jeune – inscrit dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2017, pour une application au premier trimestre 2017 – donne aux jeunes jusqu'à 21 ans et après évaluation par un médecin, un accès à 10 séances maximum avec un psychologue clinicien. En parallèle, devrait se mettre en place un portail d'informations géolocalisées sur la santé, d'abord à travers une expérimentation.
François Hollande a aussi mis en avant la création d'un corps unique de psychologues de l'Education nationale, dont le premier concours, avec 330 postes à la clef, se tiendra au printemps prochain, pour une entrée en vigueur dès la prochaine rentrée des classes.
Renforcer la pédopsychiatrie et les maisons des adolescents
« Chaque région doit avoir des ressources suffisantes en psychiatrie infanto-juvénile », a souligné François Hollande, en déplorant les rémunérations peu attractives des pédopsychiatres. Une piste qui devrait être approfondie dans le cadre du nouveau Conseil national de santé mentale, lit-on dans le plan d'actions.
Les maisons des adolescents (MDA) sont désignées comme des piliers du dispositif et devraient voir leur assise et missions étendues, à raison d'au moins une MDA par département.
Enfin, plusieurs mesures visent à renforcer les liens entre les mondes de l'Éducation nationale et de la santé, comme la convention cadre signée ce jour entre Najat Vallaud-Belkacem et Marisol Touraine, la mise en place d'une permanence téléphonique (avec au bout du fil un psychologue) pour les professionnels des lycées et de l'université confrontés à un jeune en difficulté, le renforcement de la formation des enseignants aux problématiques de l'enfance et de l'adolescence, et l'augmentation des services de soins à l'université (bureau d'aide psychologique universitaire et services universitaires de médecine préventive, qui devraient passer de 20 à 30 l'année prochaine).

Aucun commentaire: