Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

lundi 30 avril 2018

La vie privée serait-elle une parenthèse dans l’histoire de l’humanité ?

A l’ère du big data, nos données sont de moins en moins privées. A défaut de laisser une trace dans l’Histoire, nous semons des éléments de notre vie sur la Toile, utilisés à des fins publicitaires mais aussi politiques.

LE MONDE  | Par 

« La ville moderne créa l’anonymat : perdu dans la foule urbaine, il devenait plus facile d’échapper au contrôle des mœurs ».
« La ville moderne créa l’anonymat : perdu dans la foule urbaine, il devenait plus facile d’échapper au contrôle des mœurs ». LAURENT BAZART

Jadis, dans les tribus et les villages, la vie privée n’existait pas. Pendant des millénaires, les humains vécurent les uns sur les autres de la naissance à la mort, tout le monde savait tout sur tout le monde. Le concept de vie privée s’est affirmé à la faveur des grands exodes ruraux provoqués par la révolution industrielle. La ville moderne créa l’anonymat : perdu dans la foule urbaine, il devenait plus facile d’échapper au contrôle des mœurs – et au châtiment quand on violait la loi.

Or, depuis quelques années, sous l’effet des réseaux informatiques, la sphère privée s’amenuise, ses frontières s’effacent. Beaucoup de citoyens déplorent cette intrusion des multinationales et des administrations sécuritaires dans leur existence. Pour autant, ils ne renoncent pas à leur carte de crédit, leur smartphone, leurs recherches sur Google révélant leur vie intime, leurs photos sur les sites de rencontres géolocalisées, leurs balises GPS, leurs caméras de surveillance pour protéger leurs magasins, maisons de campagne, bébés, ou parents séniles…

Partisans de la transparence

En face, les partisans déclarés de la transparence électronique intégrale se réjouissent. Les conservateurs y voient un outil efficace pour rétablir l’ordre dans les grandes villes en proie à la délinquance et au terrorisme. En parallèle, de jeunes utopistes rêvent d’un monde enfin délivré du mensonge et de l’hypocrisie : selon eux, on atteindra l’idéal démocratique le jour où les dirigeants politiques et économiques seront obligés de publier toutes les informations en leur possession et de prendre leurs décisions en toute transparence. Dans un autre registre, lorsqu’il sera devenu impossible de cacher un adultère, cette pratique ne disparaîtra pas, mais s’imposera comme un comportement accepté de tous.

Ainsi, l’ère de la vie privée n’aura peut-être été qu’une parenthèse dans l’histoire de l’humanité, une anomalie passagère. D’ailleurs, tout est relatif, car ce concept varie d’un pays à l’autre. Internet et les réseaux sociaux ne sont pas apatrides, ils ont une culture, un terroir : l’Amérique du Nord, imprégnée du protestantisme d’Europe du Nord. Dans ces pays, le respect de la vie privée (privacy) coexiste sans heurt avec une dose de transparence : pas de murs entre les maisons, pas de rideaux aux fenêtres.

Aux Etats-Unis, les citoyens s’inscrivent sur les listes électorales en tant que démocrates ou républicains, affichant leurs convictions face à leurs voisins et à l’administration – une coutume qui s’implante en France avec les élections primaires, inspirées des primaries. Bientôt la fin de l’isoloir ? En incitant ses utilisateurs à se définir culturellement, sexuellement et politiquement aux yeux de tous, Facebook obéit à une tradition américaine, qu’il exporte dans le monde entier. Dans l’Union européenne, un nouveau règlement, qui entrera en vigueur en mai, obligera les géants de la Silicon Valley à offrir plus d’options aux utilisateurs en matière de protection des données personnelles, sans remettre en cause leur business model ni freiner les innovations. Déjà, Facebook contre-attaque en envoyant des messages aux Européens pour les inciter à accepter d’être soumis à la reconnaissance faciale et à confier leur numéro de portable. Google et Facebook sont en train de perdre leur image juvénile, innocente et bienfaisante, pour devenir des multinationales banales, qui s’imposent à tous.

Influence politique


De même, la publicité électorale, directement inspirée de la publicité commerciale, est arrivée naturellement sur les réseaux sociaux, car elle est déjà omniprésente à la radio et la télévision depuis des décennies aux Etats-Unis. L’exploitation sophistiquée des données personnelles pour cibler les messages politiques a été inaugurée par les démocrates, notamment l’équipe d’Obama, en liaison avec Google et les geeks libertaires de la Silicon Valley : à l’époque, les médias s’extasiaient sur la modernité du « président 2.0 », et se moquaient de ses opposants « prénumériques ».

Aujourd’hui, les deux grands partis américains possèdent chacun une base de données contenant l’intégralité des listes électorales, soit près de 190 millions de citoyens, enrichies grâce à un flux continu de données personnelles puisées dans des fichiers administratifs, bancaires et marketing, et sur les réseaux sociaux. En aval, les entreprises Internet spécialisées dans l’influence politique se multiplient et affinent leurs techniques en y incorporant le profilage psychologique des électeurs, indépendamment de leurs convictions politiques. Certaines firmes ouvrent des filiales à l’étranger, et de nombreux pays se lancent dans l’aventure.

Le scandale provoqué par l’utilisation des profils Facebook pour soutenir Donald Trump et les partisans du Brexit est peut-être un baroud d’honneur, prélude à une acceptation de ce nouveau monde. En outre, l’indignation est parfois ambiguë : certains reprochent surtout aux experts d’avoir mis leurs techniques au service des « conservateurs », alors qu’elles auraient dû rester l’apanage des « progressistes ». Vexés d’avoir été battus sur leur propre terrain, ces derniers pourraient redoubler d’efforts pour récupérer leur avance dans l’industrie de l’influence.

Aucun commentaire: