Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

vendredi 8 février 2019

Incendie à Paris : en psychiatrie, « le vrai problème se trouve dans la rupture de la chaîne de soins »

Marie-Jeanne Richard, présidente de l’association de familles de malades psychiques, regrette un manque d’accompagnement.
Propos recueillis par Charlotte Chabas le 8 février 2019
Manifestation à Paris le 22 janvier.
Manifestation à Paris le 22 janvier. ALAIN JOCARD / AFP
L’incendie d’un immeuble du 16e arrondissement de Paris, dans la nuit de lundi 4 à mardi 5 février, a causé la mort de dix personnes et fait 96 blessés, dont un grièvement. Le profil de la suspecte, qui souffre de troubles psychiatriques, relance le débat sur le manque d’accompagnement des malades en France. Marie-Jeanne Richard, présidente de l’Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapés psychiques (Unafam), dénonce cet « abandon » des malades psychiques par la société, qui « crée la répétition des moments de crise ».« Aujourd’hui, on attend que ça dérape, et après on crie au loup », juge-t-elle.

Le parcours de la principale suspecte de l’incendie de la rue Erlanger, ponctué de treize séjours dans un établissement psychiatrique parisien entre 2009 et 2019, est-il une exception ?

Marie-Jeanne Richard : Non, malheureusement, c’est ce qu’on appelle le syndrome de la « porte-tournante », c’est-à-dire la multiplication des hospitalisations en urgence. Il s’explique par une difficulté d’accès aux soins, surtout en début de symptômes. Les gens qui ne vont pas bien ont du mal à trouver un clinicien pour les aider, ou à obtenir une place dans des centres médico-psychologiques (CMP) débordés. En moyenne, il faut attendre trois ans pour accéder aux soins.

Aucun commentaire: