Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

lundi 1 janvier 2018

Comment la télémédecine peut aider à pallier l’absence de pédiatres

SciDev

Par: Julien Chongwang

02/01/18


Médecins sans frontières (MSF) a saisi l’occasion de la deuxième édition de ses Journées pédiatriques organisée les 15 et 16 décembre 2017 à Dakar (Sénégal) pour démontrer l’intérêt de la télémédecine en Afrique, en particulier pour ce qui est des soins pédiatriques.
 
Partant de sa propre expérience, l’organisation humanitaire explique comment contourner l’absence de pédiatres et de spécialistes de néonatologie dans de nombreuses localités du continent.
 
"Nous avons sur le terrain des équipes de médecins et d’infirmiers généralistes qui ont accès à des spécialistes de tous les domaines de la médecine et dans toutes les langues ; ce qui nous permet d’être plus réactifs sur le terrain", explique Daniel Martinez, pédiatre chez MSF.

“Il y a vraiment un besoin de s’orienter vers la télémédecine en pédiatrie pour améliorer les diagnostics et ensuite les traitements que nous proposons aux enfants”

Souleymane Tassembedo, médecin-épidémiologiste au Burkina Faso

Cet accès aux médecins spécialistes est rendu possible grâce à une plateforme internet accessible aussi bien sur ordinateur que sur mobile.
 
"Sur cette plateforme, explique le pédiatre, l’infirmier ou le médecin va décrire le cas clinique auquel il est confronté en attachant les images ou les vidéos associées ; puis envoyer le tout sur la plateforme. Ces informations sont reçues par nos coordonnateurs cliniques qui cherchent ensuite dans notre réseau un ou des spécialistes connaissant le contexte de la région concernée et disponibles pour répondre sur la plateforme".
 
Ces avis de spécialistes vont enfin permettre au médecin ou à l’infirmier généraliste demandeur de mieux traiter son patient.
 
Mais, qu’advient-il si les avis divergent ? "Effectivement, on a souvent des experts qui ne sont pas d’accord. La plateforme permet aux spécialistes de mener un débat sur les problèmes posés. De cette discussion naît une réponse commune et claire", répond Daniel Martinez.


Aucun commentaire: