Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

vendredi 10 juin 2016

Une étude ouvre de nouveaux espoirs contre l’anorexie mentale

Marine Lamoureux, le 07/06/2016

Une étude publiée mardi 7 juin dans Translational Psychiatry bouscule les connaissances sur l’anorexie mentale, qui s’expliquerait moins par la crainte de prendre du poids que par le plaisir d’en perdre. Ce changement de paradigme ouvre de nouvelles voies pour soigner les malades.
Cette maladie serait due pour 70 % à des facteurs de vulnérabilité génétique.
Cette maladie serait due pour 70 % à des facteurs de vulnérabilité génétique. / Amélie BENOIST / BSIP
Les dernières découvertes concernant l’anorexie mentale ouvrent de nouveaux espoirs thérapeutiques. Publiée mardi 6 juin dans la revue Translational Psychiatry, une étude de l’Inserm, de l’université Paris-Descartes et du centre hospitalier Sainte-Anne, tend à remettre en cause les critères internationaux de diagnostic (DSM5) de cette maladie, qui toucherait 0,9 à 1,5 % des femmes (et 0,2 à 0,3 % des hommes), selon la Haute Autorité de santé.
Actuellement, ces critères sont au nombre de trois : « Une restriction alimentaire menant à la perte de poids »« une perception déformée du poids » et « une peur intense de grossir », rappelle l’Inserm. L’étude dirigée par le professeur Philip Gorwood, chef de service de la clinique des maladies mentales et de l’encéphale, à Sainte-Anne, interroge la véracité du dernier critère. Ses recherches montrent en effet que les patientes ressentent le plaisir de maigrir plutôt que la peur de grossir.
« Certes, dans les deux cas, cela conduit à la perte de poids. Pourtant, cette découverte est loin d’être anodine. Il s’agit en réalité d’un changement de paradigme qui pourrait avoir un réel impact dans la prise en charge, souligne le médecin. On passe en effet du registre de la phobie à celui de l’addiction, qui n’implique pas les mêmes circuits cérébraux. »
Implication des circuits cérébraux de la récompense
Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs ont mesuré, grâce à des tests de « conductance cutanée » (mesure très fine des taux de sudation), l’émotion suscitée par certaines images de personnes en surpoids ou, au contraire, maigres à l’extrême. Les visions du surpoids n’ont pas provoqué de réactions différentes entre sujets malades et sujets sains.

Aucun commentaire: