Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

vendredi 10 juin 2016

Conséquences à long terme d’un stress subi pendant l’enfance

INSERM 

L’exposition au stress durant des périodes sensibles du développement, pendant l’enfance, pourrait modifier le fonctionnement de différents systèmes physiologiques et avoir des effets sur la santé à long terme. C’est ce que révèle l’étude menée par l’équipe Inserm/Université Toulouse 3 – Paul Sabatier de Cyrille Delpierre, chargé de recherche à l’Inserm et publiée dans PNAS.

Les adversités durant l’enfance peuvent se traduire par l’absence de soins, la dénutrition, les dysfonctionnements à la maison, la séparation d’avec leurs parents ou la vie en foyer, les maladies mentales et la consommation d’alcool dans la famille qui génèrent un stress pour l’enfant. Les chercheurs de l’Inserm ont examiné les données de 7535 individus nés en Grande Bretagne en 1958 et ayant participé à l’enquête biomédicale à l’âge de 44 ans afin d’explorer le lien entre un stress subi pendant l’enfance et la mesure de l’usure physiologique globale par un indicateur : la charge allostatique (CA).

Les individus ayant été confrontés à plus de deux conditions psychosociales traumatiques ou stressantes dans l’environnement familial durant leur enfance, avaient une CA à 44 ans plus élevée que ceux n’ayant subi aucune adversité.


Aucun commentaire: