Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

dimanche 12 janvier 2020

Fin de vie : Agnès Buzyn annonce un plan de développement des soins palliatifs en ville

Camille Roux
| 10.01.2020


  • Agnès Buzyn

    Fin de vie : Agnès Buzyn annonce un plan de développement des soins palliatifs en ville

Capture d'écran/Assemblée nationale

La ministre de la Santé ne s'était pas encore exprimée dans le débat sur la fin de vie à domicile, relancé à la suite de l'affaire Méheut-Ferron, un généraliste mis en examen après le décès de 5 patients. Interpellée jeudi dernier à l'Assemblée nationale sur ce sujet, Agnès Buzyn a annoncé un nouveau plan de développement des soins palliatifs en ambulatoire« Je souhaite que des travaux soient menés de façon urgente pour encadrer, sécuriser et garantir l’accès à des soins palliatifs des patients en ville et garantir l’accès à ces spécialités qui sont prescrites hors AMM et utilisées dans la sédation profonde et continue prévue par la loi Claeys Leonetti », a-t-elle affirmé. Des travaux qui seront « articulés avec la finalisation de la recommandation de bonne pratique prévue par la HAS sur la prise en charge médicamenteuse en situation palliative », poursuit la ministre. 

Des annonces saluées par les libéraux
Agnès Buzyn a par ailleurs réaffirmé cette volonté d'ouvrir la discussion autour de la sédation profonde et continue en ville et des conditions d'accès au midazolam dans une lettre de réponse adressée au président du Syndicat des médecins libéraux (SML) le Dr Philippe Vermesch, affirmant « partager pleinement » les préoccupations des médecins libéraux. Ces derniers ont été nombreux à se mobiliser pour soutenir le Dr Méheut-Ferron et demander aux pouvoirs publics une révision des conditions d'accès au midazolam, un puissant sédatif de la catégorie des benzodiazépines utilisé par le Dr Méheut-Ferron. Une pétition lancée par la FMF a notamment reçu la signature de près d'un millier de praticiens. 
Le SML a salué dans un communiqué les annonces de la ministre et lui suggère également d’organiser sans tarder des « États généraux de la fin de vie à domicile ». Cet événement « réunirait notamment autour des associations de patients et d’aidants, avec les représentants des syndicats des médecins libéraux, des infirmiers et des pharmaciens pour élaborer des orientations pragmatiques et humaines rapidement concrétisées », réclame le syndicat.

Aucun commentaire: