Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

mercredi 14 mars 2018

PSYCHIATRIE « Faut-il se taire, s’exprimer ou s’en foutre ? »



Accepter de reconsidérer la complexité des soins en psychiatrie nécessite d’accepter que l’activité soignante, comme toute activité, n’est pas simplement productive mais qu’elle est aussi constructive. C’est-à-dire que soigner ce n’est pas simplement faire des actes mais que c’est aussi les revisiter seul et en équipe pour mieux en interroger la pertinence et tenter de passer de l’expérience à l’expertise.
se taire ou s'exprimer
Se taire ce n’est pas sans risque car vous êtes quelqu’un de bien et à un moment ou un autre vous allez souffrir d’un conflit de valeurs.












Deux ans déjà, que cela passe vite deux ans… Comme l’écrivait si joliment Aragon « Ah comme j'y ai cru comme j'y ai cru puis voilà que je suis devenu vieux. Le temps des jeunes gens leur est une mèche toujours retombant dans les yeux ». Nous devons accepter l’évidence, l’homme a une propension à ne pas être raisonnable pour le meilleur mais aussi trop souvent pour le pire. En 2016, je publiais ici même un article qui malheureusement reste d’actualité « Suis-je un salaud ou un soignant ? » J’étais alors persuadé que nos tutelles allaient nous contraindre à revenir à la base des soins en psychiatrie. Et pourtant j’ai pu lire dans les recommandations en urgence de la Contrôleure générale des lieux de privation de liberté, Adeline Hazan, relatives au centre hospitalier universitaire de Saint-Etienne parues au Journal officiel le 1er mars 2018, cette phrase : Ce dysfonctionnement majeur a conduit les soignants à accepter l’instauration de pratiques contraires au droit comme d’ailleurs à leur volonté première.
Une fois encore à l’insu de leur plein gré des équipes entières, comme d’autres ailleurs, semblent continuer à maltraiter avec professionnalisme. En effet, il est important de réaliser que ces dérives sont connues et que, depuis deux ans, trop peu nombreux sont les établissements qui, comme le centre psychothérapique de l'Ain (CPA), ont fait le choix de revoir drastiquement le fonctionnement des unités de soins avec l’implication conjointe de la Commission médicale d'Etablissement (CME) et de la direction des soins.
Le problème c’est que l’objectif d’une direction est d’obtenir la sacro-sainte accréditation mais que visiblement, pour répondre à cet impératif, elle peut allègrement passer à côté de l’essentiel. En effet, la HAS a certifié en octobre dernier la bonne prise en charge des patients au CHUcomme elle avait certifié le CPA quelques mois avant le scandale de 2016. C’est-à-dire que sur le papier les indicateurs n’étaient pas au rouge, voire étaient plutôt bons. J’imagine qu’à l’époque la direction a, avec la plus noble des sincérités, félicité les équipes et l’encadrement pour l’accréditation obtenue.

Aucun commentaire: