Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

mercredi 14 mars 2018

Cyberharcèlement : nous sommes tous responsables !

12/03/2018
Le cyberharcèlement concernerait 4 à 72% des enfants et adolescents selon les études. La disparité de ces chiffres est liée au manque de définition claire du cyberharcèlement, ainsi qu’à l’hétérogénéité des études et de leur méthodologie. Quoi qu’il en soit, toutes les études vont dans le sens d’une plus grande victimisation chez les filles alors que le harcèlement actif est plus fréquent chez le garçon. Il n’y a par ailleurs pas d’association claire entre âge et cyberpersécution qui s'exerce le plus souvent via les réseaux sociaux, mais peut également se propager sur les forums, les chats, les jeux, les courriers électroniques, et les textos. 

Ce cyberharcèlement peut autant être une insulte, une moquerie, ou une menace en ligne que la diffusion de rumeurs, le piratage de comptes et l’usurpation d’identité numérique, la création d’un sujet de discussion, d’un groupe ou d’une page sur un réseau social à l’encontre d’une personne, ou, la pire des situations de cyberharcèlement et la plus génératrice de suicides, la publication d’une photo ou d’une vidéo (authentique ou modifiée) embarrassante.

Des symptômes qu’il faut reconnaître

Sur le plan clinique, le cyberharcèlement se traduit généralement par la survenue de symptômes psychologiques et somatiques (céphalées, douleurs abdominales, etc.) ainsi que d’une perte de performance scolaire autant chez la victime que son persécuteur d’ailleurs. Les cybervictimes souffrent d’une faible estime d’eux-mêmes, accompagnée fréquemment de symptômes dépressifs et de difficultés émotionnelles tandis que les cyberpersécuteurs sont généralement hyperactifs, ont des problèmes de conduite, un faible comportement prosocial et des problèmes d’externalisation. On rencontre aussi très souvent chez les victimes de l’alexithymie, de l’insomnie, un abus de drogues ou du tabagisme. 

Le risque majeur est celui du suicide (OR=2,55), les idées suicidaires étant également nettement plus fréquemment rencontrées en cas de cyberharcèlement qu’en cas de harcèlement ‘classique’. Par ailleurs, les symptômes psychologiques que le cyberharcèlement entraîne évoluent de manière très différente, probablement du fait de l’absence de contact direct ou d’identification du cyberharceleur.

Tous concernés

Dans ce contexte, nous avons tous tous une responsabilité dans l’identification du problème : les psychiatres, qui ne peuvent se contenter de la simple description et du traitement de troubles psychologiques, les pédiatres et généralistes qui ne peuvent se limiter au traitement des troubles somatiques, les parents qui ne peuvent se cacher derrière l’adolescence pour expliquer certains comportements à risque, l’école où l’éducation au risque du cyberharcèlement devrait être programmée de manière systématique. 

Plusieurs pays ont mis au point des programmes éducationnels à destination des médecins et éducateurs afin de les aider à identifier ce problème. Lorsqu’ils sont suivis, ils permettent une réduction de presque 50% des conséquences délétères du cyberharcèlement. Il est également intéressant de constater que les pays qui ont légiféré sur la question ont vu une nette diminution du nombre d’adolescents harcelés.

Limiter les écrans !

Cela dit, dans toutes les situations, la première prise en charge doit être individuelle en mettant les adolescents au courant des risques du harcèlement et leur rappeler d’éviter la consultation des écrans durant la nuit, période au cours de laquelle les harceleurs semblent rivaliser d’imagination pour terroriser leurs victimes. 

On leur rappellera aussi que demander de l’aide est toujours possible (il existe en France un site de signalement de comportements harceleurs sur www.internet-signalement.gouv.fr). On leur demandera aussi de garder des traces de toutes les tentatives de harcèlement (la fonction impression d‘écran est, à ce titre, très utile). Parallèlement, il faut conseiller aux parents de limiter leur propre accès aux écrans, en particulier aux smartphones et leur demander d’améliorer leurs interactions et leur engagement personnel avec leur enfant. 

Dr Dominique-Jean Bouilliez
RÉFÉRENCE
Fiorillo A. Cyberbullying, a new challenge for mental health care. 26th European Congress on Psychiatry. Nice, 3-6 mars 2018.

Aucun commentaire: