Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

vendredi 3 juillet 2015

Votre visage me dit quelque chose...

LE MONDE |  | Par 
Quel est le point commun entre Brad Pitt et Philippe Vandel ? Ils sont incapables de se souvenir de l’apparence d’une personne qu’ils ont déjà rencontrée.


On est patient avec les dyslexiques, on s’amuse des personnes qui n’ont pas le sens de l’orientation. Mais les gens qui ne savent pas reconnaître ceux qu’ils ont déjà rencontrés ne font l’objet d’aucune compassion. Au contraire, on les trouve hautains, voire un peu snobs… Puisqu’on les reconnaît, ils devraient pouvoir nous reconnaître aussi, non ? Les prosopagnosiques – puisque leur handicap porte un nom – s’en sont généralement rendu compte sur le tard. A l’école, personne ne teste votre capacité à reconnaître les visages. Longtemps, ils racontent s’être sentis vaguement coupables. « Je m’en voulais, comme si je n’avais pas d’intérêt pour les gens, alors que je suis quelqu’un qui s’intéresse aux autres… », jure une journaliste qui préfère taire son nom. Mettez-vous à leur place. Comment auraient-ils pu imaginer que, pour la majorité des gens, le cerveau a cette exceptionnelle capacité à reconnaître un visage familier en moins d’une seconde… alors qu’il en a croisé des milliers tous dotés d’un nez, de deux yeux et d’une bouche à peu près placés aux mêmes endroits ?

C’est d’ailleurs pour essayer de comprendre ce superpouvoir – logé dans la région occipito-temporale droite du cerveau – que les chercheurs s’intéressent à ceux chez qui cela ne fonctionne pas. Ils distinguent la prosopagnosie acquise à la suite d’une lésion cérébrale, qui peut aller jusqu’à une incapacité totale (on ne reconnaît pas son conjoint ni ses propres enfants) de la forme congénitale (des difficultés plutôt qu’une impossibilité totale). A en croire une des rares études sur le sujet, conduite auprès d’étudiants allemands en 2006, 2,5 % de la population mondiale en souffrirait.


Aucun commentaire: