Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

vendredi 3 juillet 2015

Procès Cottrez : l’intelligence et l’indulgence d’un verdict

Le Monde.fr  | Par 


Il y a tout dans ce verdict. De la rigueur et de l’humanité. De l’intelligence et de l’indulgence. Il y a surtout six jours d’une audience dont on pressent qu’elle hantera longtemps tous ceux qui y ont assisté et particulièrement les trois femmes et les trois hommes que le tirage au sort a désignés comme jurés. Comme ils ont résonné juste les mots que leur avait lancés l’avocat de Dominique Cottrez, Me Frank Berton, quelques heures plus tôt : « Vous pourrez dire à vos proches : Je l’ai comprise. Je peux expliquer. » Justes aussi ceux avec lesquels il avait conclu sa plaidoirie en s’adressant à celle qu’il défendait : « Vous n’avez jamais eu confiance en personne. Je vous demande d’avoir confiance dans les juges de votre pays. »

Ces juges, l’avocat était allé les saisir au cœur de leurs préjugés. Il avait planté ses yeux noirs dans ceux d’une jeune femme jurée qu’il avait vu pleurer, deux jours plus tôt. « Vous, Madame, qui êtes peut-être mère ou qui le serez demain. » Il avait fixé son voisin aux cheveux blancs. « Vous, Monsieur, qui êtes peut-être grand-père. » A chacun et à tous, il avait dit les mots nécessaires, ceux qu’il faut prononcer pour ouvrir l’écoute : « On ne tue pas un enfant. » Il s’était approché de leurs craintes, celle de citoyens qui, après cette parenthèse de noirceur, allaient reprendre le chemin de leur quotidien et auxquels les proches, les amis demanderaient sans doute des comptes, diraient leur horreur face aux huit crimes commis par cette accusée sur ses nouveau-nés.



Aucun commentaire: