Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

vendredi 2 février 2018

« Jamais la première fois sur un patient » : l'Ordre recommande la simulation pendant la formation

Camille Roux
| 27.01.2018


Le numérique pourrait enrichir et compléter la formation initiale et continue des médecins. Dans son livre blanc intitulé « Médecins et patients dans le monde des data, des algorithmes et de l’intelligence artificielle », le Conseil national de l'Ordre des médecins (Cnom) met en avant dans ses recommandations l'apport des nouvelles technologies pendant la formation des praticiens. « Il est indispensable de former dès maintenant les médecins en fonction du monde dans lequel ils exerceront, où les technologies tiendront, aux côtés de la clinique, une grande place », précise le texte rédigé sous la coordination du Dr Jacques Lucas, vice président de l'Ordre délégué au numérique, et du Pr Serge Uzan, doyen de la faculté de médecine Pierre et Marie Curie.

Apprendre la technicité d'un geste
Dans le cursus initial, le numérique et en particulier la simulation pourrait en effet révolutionner la formation. L'interactivité des échanges entre le professeur et l'apprenant grâce à l'accès aux savoirs en ligne est une plus-value de taille. Mais la mise en situation des étudiants grâce à la simulation facilite « soit l’apprentissage de situations soit la technicité d’un geste ou d’une investigation », fait valoir le Cnom.
Plus d'une centaine de centres de simulation en santé sont déjà actifs en France, permettant d'appliquer la règle « jamais la première fois sur un patient ». C'est le cas par exemple de la faculté de médecine de Montpellier, en partenariat avec le CHU du Nîmes. Les étudiants ont accès au Centre de simulation médicale (SIMUH) pour s'exercer sur des mannequins très réalistes avant de mettre en application leurs connaissances sur de « vrais » patients.
L'Ordre relève cependant le coût élevé des équipements de ce type et la nécessité de former également les enseignants à l'utilisation de ces outils. Le livre blanc recommande ainsi « aux facultés et aux acteurs impliqués dans ces développements de mutualiser leurs investissements »
Sensibiliser les médecins à l'éthique vis-à-vis du numérique
Pour le Cnom, il est aussi « indispensable » de former les médecins au numérique tout au long de leur carrière. Au vu de l'évolution rapide des technologies dans le monde médical, l'Ordre recommande de « renforcer les formations aux interrogations éthiques, aux relations humaines, à la déontologie professionnelle ».
Le médecin devra en effet maîtriser ces outils pour pouvoir les utiliser sans danger. Les impacts du développement du numérique, de l'intelligence artificielle et du partage de data de santé devront, selon le Cnom, donner lieu à des travaux de recherche sur les plans « éthique, social et légal ». Pour cela, l'Ordre se dit prêt à « construire des recommandations nécessaires en partenariat avec la HAS, la CNIL ou encore le Conseil national du numérique »
Afin de discuter, entre autres, du sujet de la formation des médecins au numérique et à l’occasion de la publication de ce livre blanc, l’Ordre des médecins organisera le 30 janvier à Paris un débat consacré aux « Médecins et patients dans le monde des data, des algorithmes et de l’intelligence artificielle ».

Aucun commentaire: