Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

lundi 29 janvier 2018

Prisons en grève : les soignants entre solidarité et inquiétude

   

Voilà quinze jours que les surveillants pénitentiaires bloquent des prisons. Quinze jours que les soignants des unités sanitaires en détention composent avec ce mouvement social. Balançant entre soutien aux gardiens et crainte pour eux-mêmes et leurs patients.
Résultat de recherche d'images pour "Prisons en grève : les soignants entre solidarité et inquiétude"
Dans plusieurs établissements, les surveillants ne laissaient entrer qu’un ou deux infirmiers et un médecin. « Depuis le début, c’est très difficile. A l’intérieur, le travail ne se déroule pas dans des conditions normales », rapporte le docteur Michel David, président de l’ASPMP (association des secteurs de psychiatrie en milieu pénitentiaire). Dans certains endroits, les relations entre soignants et surveillants se tendent alors que d’habitude ça va. »Ne disposant pas du droit de grève, les grévistes filtraient entrées et sorties. Ils sont pourtant nombreux à avoir aussi « déposé les clefs ». Des actions qui affectent les équipes médicales en détention. Une vingtaine de prisons sur 188 restaient touchées samedi.

Aucun commentaire: