Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

jeudi 31 mars 2016

L’influence des cultures en psychiatrie, à l’ère du « village mondial »

 30/03/2016


« Il n’y a aucun doute », explique la revue japonaise Psychiatry and Clinical Neurosciences, que « les cultures peuvent influencer la façon dont les individus éprouvent une détresse  psychique, comment ils en parlent, et surtout quel type d’aide ils recherchent. » À l’expression «syndromes liés à une culture » (évoquée dès 1962 en termes de psychiatrie comparée, en référence à des « psychoses exotiques » associées à certains contextes culturels), la CIM-10 a substitué celle de « troubles spécifiques à une culture » (culture-specific disorders), puis le DSM-5 celle de « conceptions culturelles d’une détresse » (cultural concepts of distress).

Dans de nombreux systèmes de santé à travers le monde, l’approche des troubles mentaux reste davantage culturelle que biologique, et « même quand le corps est concerné » on estime que divers facteurs sociaux jouent un « rôle décisif » dans la manifestation de ces troubles. Les auteurs évoquent l’exemple du « dhat syndrome[1] », une problématique « exotique » (commune dans le sous-continent indien, mais très rare ailleurs) se rattachant à l’angoisse de perte du sperme (semen-loss anxiety).
La psychiatrie oscille souvent entre un statut de « spécialité médicale fortement influencée par des facteurs culturels et sociaux » et de discipline pouvant refléter des «vues rigides et paternalistes » (dans une volonté « normalisatrice » de la société). Mais l’expression des troubles psychiques n’échappe pas à « l’interconnexion des cultures et à la globalisation du monde », annoncées dès 1967 par le sociologue Marshall McLuhan (avec son idée de « village planétaire » dans son ouvrage The Medium is the Massage) et désormais constatées (ou déplorées), avec leur facilitation par les nouvelles technologies. Il est donc important, estiment les auteurs, que les cliniciens soient conscients de tous ces bouleversements culturels, sociaux et économiques, car ils peuvent volontiers «affecter la présentation » classique de diverses problématiques psychiatriques.
Dr Alain Cohen
RÉFÉRENCE
Ventriglio A et coll.: Relevance of culture-bound syndromes in the 21st century. Psychiatry & Clinical Neurosciences, 2016; 70: 3–6. doi: 10.1111/pcn.12359.

Aucun commentaire: