Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

mardi 29 mars 2016

«L’autisme est un symptôme, ce n’est pas une maladie »

Par Eric Favereau — 

Avant la Journée mondiale de sensibilisation à l'autisme le 2 avril, des associations dénoncent «l'inertie des pouvoirs publics».

Tout cela ne serait-il encore que du théâtre ? Un court métrage réalisé, pour la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, le 2 avril, par le Ministère de la Santé, a choisi de raconter l’histoire d’Eliott, 7 ans et autiste. Cet enfant cherche à faire du théâtre. Pourquoi pas ? Le problème est juste que celui qui endosse le rôle d’Eliott n’est pas autiste. C’est un jeune comédien et le réalisateur s’en défend : «Nous avions besoin de filmer une crise assez musclée. Il était inimaginable de déclencher volontairement une crise chez un enfant autiste. Nous aurions dû le mettre en souffrance.»

Là encore on reste dans la confusion, les images et les postures. Souvenez-vous, il y a trois ans, c’était la guerre ouverte, entre ceux qui défendaient une approche psychothérapeutique dans la prise en charge de l’autisme et d'autres qui voyaient dans l’autisme un handicap, défendant alors fortement des approches comportementales et cognitives. En 2012, le rapport de l’Inserm et de la HAS  (Haute Autorité de santé), fixant des recommandations de bonnes pratiques, avait déclenché les foudres en affirmant que la prise en charge psychothérapeutique n’était pas pertinente, privilégiant plutôt fortement les approches comportementales. Une position ouvertement polémique, alors que de l’avis des experts les plus pondérés, les seuls prises en charge qui fonctionnent sont celles qui multiplient de façon ouverteles approches, sans œillère aucune, en fonction de chaque enfant.

Aucun commentaire: