Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

mardi 8 novembre 2016

Hôpital : Témoignages


Par Amandine Cailhol 
— 6 novembre 2016 
Laurent*, 37 ans, infirmier «L’hôpital est en train de se déshumaniser» 
«Avant, en cardiologie au CHU de Strasbourg, on était trois infirmiers pour trente patients, maintenant on n’est plus que deux. Mais on n’a que deux bras et deux jambes chacun… Il y a quelques années, je pouvais encore prendre cinq minutes pour m’asseoir sur le lit d’une mamie, prendre sa main, l’écouter un moment. Là, je ne peux plus. Avant on répondait aux sonnettes en deux ou trois minutes, maintenant, l’attente peut monter à dix-sept minutes pour les patients. Cela crée des tensions. Les infirmiers sont les premiers à encaisser les mécontentements, ou pire, la violence des patients. L’hôpital est en train de se déshumaniser. Je tiens le coup, mais beaucoup de collègues rentrent chez eux le soir en pleurant. Ils ont le sentiment de ne pas faire leur métier correctement. Certains sont sous antidépresseurs, ils ne sont plus capables de bien travailler. Comme on n’est pas assez nombreux, il arrive que les plannings changent du jour au lendemain. On a l’impression d’être des pions, de simples numéros. Parfois, quand un infirmier est absent, les cadres demandent aux collègues en repos de revenir pour le remplacer. On les fait culpabiliser, ils disent oui. Mais pour la vie de famille, c’est vraiment pénible.
«On est malléable, on passe notre temps à courir dans les couloirs, à soulever les patients, on est en stress permanent, et tout cela sans aucune reconnaissance, avec un salaire inférieur à 2 000 euros par mois, tout en bossant parfois de nuit et en travaillant deux week-ends sur trois ! Si c’était à refaire, je choisirais un autre métier. Les conditions de travail sont trop dégradées à l’hôpital.»
* Le prénom a été modifié

Aucun commentaire: