Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

mardi 8 novembre 2016

« Des journées sans boire, sans manger » : le ras-le-bol infirmier

Mardi, des manifestations sont prévues dans tout le pays pour dénoncer la dégradation des conditions de travail des personnels hospitaliers.
LE MONDE  | Par François Béguin
A Thann (Haut-Rhin), le 5 novembre.
A Thann (Haut-Rhin), le 5 novembre. SEBASTIEN BOZON / AFP
Elles se disent « amères », « épuisées » et « en colère ». Les infirmières sont appelées à manifester, mardi 8 novembre, aux côtés des aides-soignantes et des personnels non médicaux des hôpitaux publics, pour dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail. « Ce sont les premières victimes des économies majeures que l’on demande aux hôpitaux pour rétablir les comptes de la Sécurité sociale », explique Nathalie Depoire, présidente de la Coordination nationale infirmière (CNI), l’une des seize organisations professionnelles à appeler à la grève mardi 8 novembre.
Intensification des rythmes et de la charge de travail, réaffectation parfois brutale des personnels en fonction des besoins, non-remplacement systématique des absents… Les dizaines d’infirmiers et d’infirmières qui ont répondu à un appel à témoignages récemment lancé sur le site Internet du Monde font, dans leur très grande majorité, état d’un « épuisement moral et physique » face à des « cadences » devenues « infernales ». « Je souffre de mon métier », résume une infirmière de 36 ans exerçant en Haute-Savoie. Les suicides de cinq infirmiers cet été, liés selon leurs proches à leurs conditions de travail, révèlent l’ampleur du malaise de la profession, font d’ailleurs valoir les organisations syndicales.
« Course contre la montre »
« Il y a cinq ou six ans, j’avais en charge quinze patients sur une journée, maintenant j’en ai dix de plus », raconte Catherine, 49 ans, infirmière dans un service de chirurgie d’un gros hôpital du sud de la France. « Des journées sans boire, sans manger, sans aller aux toilettes, ça arrive tout le temps, témoigne-t-elle. Réussir à finir ses tâches devient une course contre la montre ». Admettant rentrer « épuisée » et « hébétée » de ses journées de travail, elle se prend parfois à penser « que l’usine, c’est moins dur ».


Aucun commentaire: