Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

vendredi 11 novembre 2016

Des gènes néandertaliens auraient permis aux hommes modernes de s'adapter à leur environnement

Clémentine Wallace    10.11.2016

Deux nouvelles publications apportent des précisions quant à notre héritage génétique néandertalien…
Depuis la découverte de traces de l'ADN néandertalien dans celui de l'homme moderne, de nombreuses études ont porté sur les conséquences du métissage qui a eu lieu il y a plus de 50 000 ans, entre les Néandertals d'Eurasie et les premiers hommes modernes qui quittaient l'Afrique.

1 à 4 % de notre génome sont néandertaliens
Aujourd'hui, on estime qu'environ 1 % à 4 % du génome des Non-Africains sont composés d'ADN de Néandertal. Ces gènes ont-ils joué un rôle au cours de l'évolution ? Pourquoi la majorité d'entre eux a-t-elle disparu de notre génome ? Deux équipes de chercheurs apportent de nouveaux éléments de réponse.
Dans « Current Biology », des chercheurs de l'Université de Washington, à Seattle, suggèrent que les gènes néandertaliens auraient notamment permis à nos ancêtres de s'adapter aux nouveaux environnements rencontrés suite à leur migration hors d'Afrique.
Pour ses travaux, l'équipe a analysé de nombreux échantillons du génome d'individus d'Asie du Sud et de l'Est, d'Europe et de Mélanésie, cherchant des séquences d'ADN archaïque qui se répéteraient avec une fréquence élevée. « Le fait que des séquences se retrouvent avec une fréquence élevée suggère qu'elles bénéficient à leurs hôtes », explique Joshua Akey, un des coauteurs de l'étude.
Des gènes impliqués dans l'immunité et dans les caractéristiques de la peau
Ils ont identifié 126 localisations génétiques dans lesquelles l'ADN néandertalien ou dénisovien apparaissait avec une fréquence de 65 %, contre moins de 5 % dans le reste du génome. Parmi ces localisations, 7 appartiennent aux régions codant pour les caractéristiques de la peau, 31 aux régions impliquées dans l'immunité – des régions importantes pour les interactions avec l'environnement, signalent les auteurs.
« Notre étude montre que le brassage génétique entre les Néandertaliens et les hommes modernes n'a pas été qu'un simple détail de l'histoire humaine. Cela a eu des conséquences importantes et a notamment contribué à la capacité de nos ancêtres à s'adapter aux différents environnements en parcourant le monde », conclut Joshua Akey.
Dans « PLoS Genetics », un autre groupe de chercheurs, menés par le Pr Graham Coop, de l'Université de Californie, montre que la majorité de l'ADN néandertalien a été éliminée du génome de l'homme moderne – ADN qui était plus ou moins délétère pour ce dernier – de manière très progressive, au cours de l'évolution. 

Aucun commentaire: