Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

mercredi 9 novembre 2016

Fonction publique hospitalière : trois syndicats de directeurs appellent à la grève le 30 novembre


Marie Foult   
09.11.2016

Les directeurs d'hôpitaux, les directeurs des soins et les directeurs des établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux (D3S) s'apprêtent à faire grève et à manifester le 30 novembre. Revendication principale : l'unicité statutaire et l'alignement de la carrière des directeurs de soins sur celle des autres directeurs.

Les directeurs d'hôpitaux et les D3S bénéficient en effet de statuts différents, fixés par un décret de 2005 pour les premiers et d'un décret de 2007 pour les seconds. « Il y a une inertie des pouvoirs publics à propos de notre demande – ancienne – de l'unicité statutaire, alors que cela devrait être traité à parité avec d'autres dossiers », explique Michel Rosenblatt, secrétaire général du Syncass-CFDT, qui appelle à la grève avec Pascal Martin, du syndicat des cadres hospitaliers Force ouvrière, et Yves Richez de l'Union fédérale médecins ingénieurs cadres techniciens (UFMICT-CGT).
« Les recompositions territoriales [GHT] ne sont pas un préalable aux évolutions statutaires, nous avons déjà restructuré les emplois de direction et mené les coopérations », estiment les directeurs.
Moins d'attrait
Les syndicats demandent également des avancées sur le régime indemnitaire et le statut des directeurs des soins, revalorisé « très incomplètement » en 2014, et nullement à la hauteur des responsabilités actuelles à leurs yeux. « Conséquence, il y a un effritement des effectifs de directeurs des soins, et peu d'attrait pour le concours car peu d'avantages de carrière », résume Michel Rosenblatt.
Tous les directeurs sont invités à manifester de 14 h 30 à 16 h 30, le mercredi 30 novembre, devant le ministère de la Santé, en espérant être reçus par la ministre de la Santé.
Interrogés par ailleurs sur la grève des personnels hospitaliers, le 8 novembre, les directeurs hospitaliers ont estimé que cette action, certes distincte de la leur, traduisait les « mauvaises conditions de travail qui pèsent sur toute la fonction hospitalière.

Aucun commentaire: