Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

vendredi 24 février 2017

Une heure de temps libre pour faire l’amour, la proposition choc d’un conseiller municipal en Suède

LE MONDE  | Par 

Dans la petite ville de Overtornea, en Suède, le conseiller municipal, Per-Erik Muskos, croit avoir trouvé la recette magique pour améliorer l’équilibre professionnel des fonctionnaires et augmenter du même coup la natalité dans la région : une heure d’activité sexuelle par semaine, sur les heures travaillées.

Une heure rémunérée, donc, pendant laquelle les 550 employés de la municipalité seraient encouragés à rentrer chez eux et à faire l’amour avant de revenir au bureau.


En exposant son idée, Per-Erik Muskos en a énuméré les bénéfices : donner un coup de pouce à une population déclinante, pimenter les mariages vieillissants et améliorer le moral des employés. Il a décrit une vie quotidienne « stressante » et un peu terne qui serait ainsi bousculée :
« Nous devrions encourager la procréation. Je crois en effet qu’il y a peu de place pour la vie sexuelle (…) Le sexe est aussi une formidable activité physique, et a des effets prouvés sur le bien-être. »
Considéré comme une activité physique, comme une course d’une heure ou de l’escalade, le sexe pourrait être pratiqué sur des heures déjà consacrées à la pratique du sport. La motion sera votée au printemps. Elle doit obtenir la majorité simple des trente et un membres du conseil municipal d’Overtornea pour être adoptée.


Encourager la productivité ou stigmatiser les célibataires ?


Per-Erik Muskos est-il un visionnaire ou un homme qui rêve un peu trop ? La question s’est posée au-delà de la Suède puisque sa motion en a rapidement dépassé les frontières. Proposer que les fonctionnaires puissent dégager un moment de leur journée pour du sexe a, visiblement, un attrait universel.

L’idée n’est pas sans poser quelques problèmes. Comment être sûr que les employés vont bien utiliser cette heure libre à cette activité plutôt qu’à dormir ou faire ses courses ? Lors de sa présentation, Per-Erik Muskos a reconnu, entre deux gloussements de l’assistance, que c’était une des difficultés.
Tomas Vedestig, membre du conseil municipal d’Overtornea, a d’abord cru, comme ses collègues, avoir mal entendu. Il a ensuite soulevé un autre problème : si chacun a une heure libre pour rentrer chez lui et s’amuser avec son conjoint, cela ne revient-il pas à stigmatiser les célibataires et tous ceux qui n’ont pas de partenaires sexuels réguliers pour diverses raisons.

D’un point de vue purement médical, l’idée n’est pourtant pas mauvaise. Les bienfaits du sexe pour le corps et l’esprit sont connus depuis la nuit des temps. Malin Hansson, un sexologue suédois interrogé par le New York Times, était si enthousiaste que son diagnostic a été : « Si ça ne tenait qu’à moi, on instaurerait cela dans tout le pays. »

La Suède connaît, comme le reste de l’Europe, un vieillissement de la population. Mais grâce à des politiques publiques très favorables aux familles, y compris un congé parental de 480 jours, la Suède est en moins mauvaise posture que d’autres voisins européens, comme l’Espagne ou l’Italie.


Aucun commentaire: