Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

vendredi 24 février 2017

Une association promeut l'innovation organisationnelle en santé et sa valeur ajoutée




L'Association pour l'innovation organisationnelle en santé veut installer l'idée que l'innovation organisationnelle existe et qu'elle a une valeur. Elle a identifié en quelques mois près de quatre-vingts initiatives volontaires locales, qu'elle valorise désormais pour les voir se déployer à grande échelle.

"Oui, la France a une véritable capacité citoyenne à innover dans l'organisation de notre santé". Voilà le message que l'Association pour l'innovation organisationnelle en santé (AIOS) souhaite diffuser. Depuis le 10 mars 2016, elle s'attache à identifier des initiatives à travers la France. Et à ce jour elle en a recensé soixante-douze très exactement. Une trentaine d'entre elles seront mises à l'honneur à l'occasion de la convention de clôture des états généraux de l'innovation organisationnelle en santé qu'elle organise le 1er février prochain (consulter dès à présent l'exposition virtuelle des initiatives). Un complément intéressant à la journée nationale de l'innovation en santé, organisée par le ministère des Affaires sociales et de la Santé du 27 au 29 janvier.

Un rôle de révélateur et catalyseur

L'association estime que l'innovation organisationnelle est un important levier de transformation, au même titre que les innovations scientifiques et technologiques. Lors d'une conférence de presse, son président, Christophe Jacquinet, fondateur de la société de conseil Santéliance et ancien directeur général des ARS Rhône-Alpes et Picardie, ajoute que dans le contexte actuel, elle peut permettre de trouver des ressources en interne. "Beaucoup de porteurs de projets se substituent au système en mettant eux-mêmes en place des projets, sans même avoir le sentiment d'innover", renchérit Xavier Legrand du Laurens, trésorier de l'association, créateur du cabinet de conseil Madis Phileo. Or, poursuit-il, ces initiatives locales restent au stade pilote sans se généraliser. Pourquoi ? Car le système a du mal à les repérer. C'est là qu'intervient l'association. "Si la diffusion de l'innovation organisationnelle est du ressort des autorités de régulation, argumente-t-elle dans un dossier de presse, les missions de repérage, de soutien et de mise en valeur de ces innovations peuvent être réalisées par un organisme tiers issu de la société civile, dans le cadre d'une gestion de projet."




Les quatre objectifs des états généraux de l'innovation organisationnelle en santé.
Les quatre objectifs des états généraux de l'innovation organisationnelle en santé.


Définition de critères d'évaluation


L'AIOS ambitionne donc de "favoriser une large diffusion des innovations organisationnelles locales et contribuer à leurs pollinisation par l'échange de bonnes pratiques d'un territoire à l'autre entre équipes de professionnels et avec les associations d'usagers". Sur les soixante-douze initiatives identifiées jusqu'alors, elle en exposera une trentaine lors de sa convention et en primera huit jugées remarquables. Toutes sont en cours de réalisation, argue l'association. Et toutes ont des effets bénéfiques, qu'elles visent une amélioration de la qualité de la prise en charge, de la qualité de vie, de l'état de santé d'une population ou des gains économiques. Leur sélection a été faite suivant une méthodologie originale et pragmatique (le détail des modalités d'évaluation). "Cinq catégories de critères de notation structurent l'évaluation", expose Guilhem Biancarelli, membre de l'équipe de l'AIOS et directeur du secteur santé chez Capgemini Consulting : le concept innovant, l'innovation organisationnelle, l'efficacité, l'efficience et la reproductibilité. Auxquels s'ajoutent "vingt-deux critères portés par des affirmations dont la réponse est graduée". Soit une grille d'évaluation simple d'utilisation permettant à la fois d'harmoniser les approches des différents experts tout en laissant une liberté d'appréciation.

L'AIOS devrait éditer un livre blanc regroupant les propositions d'innovation à forte valeur qui font leurs preuves localement, l'avis des experts pour celles qui pourraient être généralisées et les critères d'évaluation pertinents. Elle devrait en outre poursuivre son action dans la durée, avec l'organisation d'autres états généraux de l'innovation organisationnelle en santé. Une prochaine édition pourrait se tenir d'ici deux ans, a laissé entendre Christophe Jacquinet.


Exemples d'innovation

Les trente réalisations mises à l'honneur le 1er février sont réparties en cinq catégories : engagement des patients, évolution des pratiques cliniques, coordination des parcours, structuration des soins primaires et accessibilité des services de santé. Parmi elles :
  • Global information patient system (société Persomed), une plateforme de dématérialisation du parcours du patient opéré, est mise en place à l'hôpital Albert-Schweitzer de Colmar (Haut-Rhin). Elle permet de numériser tous les éléments administratifs et médicaux mais également de disposer d'un espace personnel d'information, d'encadrement et de suivi des procédures opératoires et de soins.
  • E-Fitback (société Nouveal) est une solution digitale de préparation et de suivi du patient visant à développer le recours à la chirurgie ambulatoire et à la récupération améliorée après chirurgie en impliquant et sécurisant l'usager dans sa prise en charge à distance.
  • Le projet Elan Solidaire est un dispositif d'accompagnement de patient à patient, développé au niveau national et mis en œuvre par la Fédération française des diabétiques, afin d'aider cette population à devenir acteur de sa santé en bénéficiant du partage d'expériences et du soutien d'autres patients, formés dans le cadre du cursus Bénévole patient expert.
  • Le dispositif Out patient clinic du centre Léon-Bérard à Lyon (Rhône) structure les soins en amont et en aval d'une hospitalisation ainsi que l'hospitalisation à domicile, afin de limiter les durées de séjours hospitaliers et de garantir les soins et les pratiques tout en favorisant l'implication des professionnels de santé libéraux.
  • Le modèle de consultation mémoire ambulatoire Aloïs de l'association Réseau mémoire Aloïs propose aux patients présentant des troubles cognitifs un parcours personnalisé, plus fluide qu'à l'hôpital, moins anxiogène et plus économique, en synergie avec les dispositifs existants.
Pia Hémery

Liens et documents associés





Tous droits réservés 2001/2017 — HOSPIMEDIA

Aucun commentaire: