Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

mardi 21 février 2017

Psychiatrie : quand le remède était pire que le mal

Medscape Logo 

Stéphanie Lavaud   21 février 2017

Paris, France – Comment la psychiatrie s’est-elle faite complice des dictatures nazies ou communistes ? Comment a-t-on pu penser un jour que la malaria pouvait guérir la psychose ? Comment le « fou » a-t-il pu à ce point faire office de bouc émissaire, avec (bien souvent) la complicité des psychiatres ? Si la psychiatrie garde une mauvaise image, il faut dire qu’elle a proposé dans le passé – et aujourd’hui encore sur la planète – des remèdes bien pires que le mal lui-même. Le Dr Patrick Lemoine revient sur ces traitements délirants – pour ne pas dire barbares – qui ont jalonnés l’histoire de la psychiatrie, et qui, pour certains, ont abouti – étonnamment – à des méthodes efficaces. Ils ont fait l’objet d’un chapitre dans l’ouvrage collectif intitulé « La folle histoire des idées folles en psychiatrie »*, que le Dr Lemoine a co-dirigé avec Boris Cyrulnik.
Medscape édition française : Comment est née l’idée de cet ouvrage ?
Dr Patrick Lemoine : L’idée du livre est à mettre au crédit de mon confrère et ami Boris Cyrulnik, il s’agissait de témoigner – plus que de dénoncer – les errements de la psychiatrie depuis l’Antiquité jusqu’à la période contemporaine. Il y a encore beaucoup à dire, un deuxième tome est d’ailleurs en préparation.

Aucun commentaire: