Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

lundi 20 février 2017

Une équipe de recherche canadienne met en avant les forces des personnes autistes

Invité à présenter au premier salon Aspie Day à Lille (Nord), le 17 février, les travaux de la chaire Marcel et Rolande Gosselin en neurosciences cognitives du spectre autistique de l'université de Montréal (Canada), le psychiatre Laurent Mottron a insisté sur les forces des personnes atteintes de troubles du spectre autistique (TSA). Pour lui, il faut distinguer les autistes syndromiques, présentant une vraie déficience intellectuelle de ceux dits non syndromiques, qui présentent une fausse déficience intellectuelle.

Différents résultats de recherches l'amènent aussi à penser que tous les autistes ont "des forces dans les domaines où ils ont des intérêts. Exerçant leur cerveau dans leur domaine d'intérêt, ils deviennent alors des experts". Il a rappelé que dans les années 2000, les professionnels pensaient que les autistes ne pouvaient pas reconnaître des visages. Et que s'ils étaient meilleurs pour reconnaître les détails, c'est parce qu'ils ne percevaient pas les choses globalement. Laurent Mottron a travers cet exemple a tout particulièrement dénoncé les clichés nombreux sur le sujet qui consistent ainsi à "penser que si les autistes sont bons dans quelque chose, c'est parce qu'ils sont mauvais ailleurs". Les travaux auxquels il participe partent du postulat inverse. Il a aussi insisté sur les différentes formes d'autisme. Mêmes avec les formes les plus sévères, ces personnes auront des forces qui vont même évoluer en compétences, a-t-il ajouté.

Quelques déclarations à la tribune des Aspie days

Pour ses dix ans, l'association des autistes Asperger du Nord-Pas-de-Calais (l'Ass des As) a organisé les 17 et 18 février à Lille (Nord) le premier salon sur ce syndrome présenté comme un autisme sans déficience intellectuelle. Cécile Bouche et Vianney Sénéchal, respectivement présidente et vice-président, ont ouvert la manifestation en rappelant que cette organisation défend l'inclusion sociale des adultes. Alors que les discussions sur le quatrième plan autisme vont prochainement s'ouvrir, cette problématique a été évoquée par plusieurs intervenants. Olivier Masson, président de l'association nationale des centre ressources autisme (CRA) a réaffirmé à la tribune la nécessité de co-construire le futur plan. Il est primordial pour lui de "croiser les différents savoirs sans jeter l'opprobe sur certaines catégories de professionnels", a-t-il insisté. De son côté, Geneviève Mannarino, vice-présidente du conseil départemental du Nord en charge de l'autonomie, a indiqué que 31 places supplémentaires dédiées à l'autisme seront ouvertes en 2017. Elle a aussi annoncé qu'une réflexion sur l'inclusion et la désinstitutionnalisation devrait s'ouvrir.
Lydie Watremetz
Tous droits réservés 2001/2017 — HOSPIMEDIA

Aucun commentaire: