Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 25 février 2017

Harcèlement des étudiants en IFSI : briser l’omerta

24/02/2017

En 2013, une enquête nationale réalisée auprès de 1472 étudiants en médecine a permis de chiffrer les violences qu'ils subiraient durant leurs études. Plus de 40 % d'entre eux déclarent avoir été confrontés à des pressions psychologiques, 50 % à des propos sexistes, 25 % à des propos racistes, 9 % à des violences physiques et 4 % à du harcèlement sexuel. Des chiffres qui sont également constatés chez les étudiants en soins infirmiers, où, de plus, 85,4 % d’entre eux considèrent que leur formation comporte des violences, morales, mais aussi parfois physiques, notamment dans leurs relations avec les équipes encadrantes.

Pour mieux comprendre cette souffrance, Valérie Auslender, médecin généraliste et chargée de cours à Sciences po Paris a lancé un appel à témoignages qui a rencontré un important succès ! Suite à la lecture de ces récits, neuf experts de renom dont Didier Sicard, professeur émérite à l'université Paris Descartes et président d'honneur du Comité consultatif national d'éthique ont proposé des pistes de réflexion.
Ces témoignages et ces réflexions font désormais l’objet d’un livre titré Omerta à l’Hôpital  qui sera publié en mars prochain.
Beaucoup des infirmiers qui y racontent leurs études décrivent ainsi des humiliations, des pressions psychologiques, ou encore des violences physiques, à l’image de Lisa qui a témoigné à l’antenne de BFM TV. Elle y décrit un stage hospitalier où, plutôt que d’apprendre sa profession, elle n’était "affectée" qu’à « sortir les poubelles » puisque lui disait-on « tu n’es bonne qu’à ça ! ». On lui répétait également qu’on allait « lui en faire baver ». Elle résume : « on peut se sentir comme un jouet, une attraction du service. »
Et force est de constater que sur les forums dédiés à la communauté infirmière on dénombre de plus en plus de récits d’étudiants découragés par d’incessantes remarques négatives de supérieurs ou par le déroulement de stages effectués dans une ambiance délétère.
FH

Aucun commentaire: