Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

mercredi 16 novembre 2016

Maladies psychiques : la photo pour sortir du cadre

15/11/2016




Douze usagers du Centre d'accueil thérapeutique à temps partiel Louis-Pergaud (CHU de Tours) exposent les œuvres réalisées dans le cadre d'un atelier photo. - Douze usagers du Centre d'accueil thérapeutique à temps partiel Louis-Pergaud (CHU de Tours) exposent les œuvres réalisées dans le cadre d'un atelier photo.
Douze usagers du Centre d'accueil thérapeutique à temps partiel Louis-Pergaud (CHU de Tours) exposent les œuvres réalisées dans le cadre d'un atelier photo.
L’art comme support thérapeutique au Centre Louis-Pergaud : douze anciens patients de psychiatrie exposent un an d’exploration.
Quelques larmes déposées sur une toile, des silhouettes qui s'échappent, une rose qui éclôt. Les 45 photos exposées dans le hall de l'hôpital Bretonneau, à Tours, sont belles, émouvantes, parfois déroutantes, pour qui prend le temps de s'y plonger.
Pour ceux qui les ont créées, elles sont autant de fenêtres ouvertes sur la maladie psychique. « Quand je crée, je veux toujours sortir de la réalité. Pour moi, c'est une échappatoire »,explique Jean-Luc, l'un des douze participants à l'atelier photo du Centre d'accueil thérapeutique à temps partiel (CATTP) Louis-Pergaud. Ce service de l'unité de psychiatrie A du CHRU de Tours intègre depuis des années des activités artistiques dans l'accompagnement de ces adultes « passés par la psychiatrie, stabilisés, mais encore fragiles ». A Tours, on a déjà croisé les œuvres de ses usagers au Printemps des poètes ou en résidence sonore à l'Octroi.
Pendant un an, douze photographes amateurs ont construit leur projet d'exposition comme un jalon dans leur parcours de soin. « C'est d'abord un moyen d'expression, explique Philippe Hénon, éducateur spécialisé. Ces photos deviennent aussi des supports pour déclencher des discussions avec l'entourage ou le thérapeute. Cet atelier a aussi été l'occasion d'un travail de groupe, ce qui est essentiel, car la maladie isole beaucoup. »

Aucun commentaire: