Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

vendredi 28 octobre 2016

À quoi tient la qualité de la vie chez les patients schizophrènes stabilisés ?

13/10/2016

L’amélioration de la qualité de vie constitue un objectif important dans le traitement de la schizophrénie. Réalisée par une équipe de l’université d’Innsbruck (Autriche), une étude vise à examiner dans quelle mesure la qualité de la vie du patient schizophrène (stabilisé) peut être rattachée à certains paramètres comme la résilience, l’estime de soi, la sensation de désespoir (hopelessness), ou d’autres traits psychopathologiques. À cette fin, les auteurs ont utilisé plusieurs échelles d’évaluation éprouvées : Berliner Lebensqualitätsprofil (version en langue allemande du Lancashire Quality of Life Profile)[1], échelle de résilience [2],Rosenberg Self-Esteem Scale [3] et Beck Hopelessness Scale (dite « échelle H ») [4], destinées à apprécier respectivement la qualité de la vie, la résilience, l’estime de soi et le sentiment de désespoir.
Résilience et estime de soi
Malgré une limitation tenant à l’effectif réduit de la population (52 patients ambulatoires « traités par différents neuroleptiques » contre la schizophrénie et 77 sujets-témoins) risquant ainsi d’entraver la possibilité de généraliser sa portée, cette étude montre que la qualité de la vie des sujets souffrant de schizophrénie est, de façon significative, «associée principalement avec la résilience, l’estime de soi, et le sentiment de désespoir, mais faiblement avec la symptomatologie clinique. » Par rapport à ces symptômes, on constate plus particulièrement que « les troubles dépressifs et les troubles positifs » sont corrélés de façon négative à la qualité de la vie.
Les auteurs estiment que leur étude éclaire « la nature complexe » de la notion de qualité de la vie chez les sujets schizophrènes et qu’elle souligne l’importance pratique des efforts à déployer encore, chez le patient schizophrène, « pour améliorer les niveaux de résilience ou d’estime de soi, et pour diminuer la sensation de désespoir. » Une détermination identique doit aussi être accordée au combat thérapeutique « contre les troubles affectifs et les symptômes positifs » de la maladie.

Dr Alain Cohen



RÉFÉRENCE
Wartelsteiner F et coll.: Quality of life in stabilized patients with schizophrenia is mainly associated with resilience and self-esteem. Acta Psychiatrica Scandinavica 2016; 134: 360–367.

Aucun commentaire: