Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 21 mai 2016

Un médecin dénonce « l’effondrement » de la psychiatrie en Hongrie


Dans une lettre ouverte adressée au premier ministre Viktor Orbán, le groupe des « 1001 médecins sans pots de vin », qui s’est constitué pour lutter contre la pratique généralisée des dessous de table dans le domaine de la santé, s’alarme de l’effondrement du système de soins psychiatriques en Hongrie. L’hebdomadaire Vasárnapi Hírek a interviewé le Docteur Péter Álmos, l’un des auteurs de cette lettre*.

Ce qui suit est la traduction de cette interview réalisée par Anna Kertész et publiée le 30 avril.
Cette lettre a suscité beaucoup moins d’attention que les précédentes. Pourtant, d’une part elle formule des affirmations stupéfiantes à propos des soins psychiatriques, d’autre part elle décrit l’effondrement du système de santé. Ce faible intérêt est-il révélateur du rôle social du secteur psychiatrique ?
Oui, c’est probablement dû à cela et non pas au fait que l’état du secteur de la santé intéresse moins les gens. Notre groupe s’élargit de plus en plus, il compte près de 2000 médecins et quelques centaines d’autres membres. C’est un fait que ses manifestations précédentes ont suscité plus d’attention. Ainsi en est-il de notre geste d’attirer l’attention des députés sur le fait que, si le président de la banque centrale, selon son propre jugement, travaille aussi bien que son collègue tchèque, et pour cela mérite un salaire semblable, alors que cela soit vrai également pour les travailleurs de la santé.
C’était une lettre de quelques lignes alors que nous avons travaillé pendant un mois et demi sur notre écrit analysant l’effondrement des soins psychiatriques. Mais nous ne le destinions pas au grand public, mais plutôt à être un matériau fait pour amorcer un débat. La situation que nous avons exposée a stupéfié également les membres du groupe travaillant sur d’autres domaines.
La lettre commence par cette affirmation percutante selon laquelle le secteur des soins psychiatriques s’est effondré.
Ce avec quoi les travailleurs de la santé nous « effraient », à savoir que le système s’effondre, cela est quelque part déjà arrivé. Cela ne peut pas être comparé à la faillite d’une banque, c’est une sorte d’état végétatif, plus exactement un état où les soins sont insuffisants et parfois mettent en danger les gens. Récemment j’ai lu dans un article qu’en Indonésie les malades mentaux sont gardés enchaînés dans des cages… Cela aussi peut être considéré comme des soins… Nous, ici au centre de l’Europe, nous avançons à reculons au regard des conditions des soins psychiatriques.

Aucun commentaire: