Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

vendredi 20 mai 2016

Dr OUANGO JEAN-GABRIEL A PROPOS DE LA PRISE EN CHARGE DES TOXICOMANES : « Les structures de soins adaptées n’existent pas encore au Burkina»

Burkina Faso    12 mai 2016






Dr OUANGO JEAN-GABRIEL A PROPOS DE LA PRISE EN CHARGE DES TOXICOMANES :  « Les structures de soins adaptées n’existent pas encore au Burkina»

Dr Ouango Jean-Gabriel est Professeur titulaire de psychiatrie adulte et de psychogériatrie à l’UFR/SDS de l’Université Ouaga I Pr Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou, au Burkina Faso. Dans cette interview, nous abordons avec lui, la problématique liée à la consommation de la drogue par les adolescents. Il s’agit principalement des causes et des conséquences du phénomène. Il donne au passage des conseils aux parents et aux malades.
Le Pays : Comment peut-on expliquer que des adolescents se mettent à consommer la drogue ?
Dr Ouango Jean-Gabriel : La maturation physique et psychologique de tout être humain traverse invariablement des étapes psychologiques, sociologiques et environnementaux qui organisent son fonctionnement interne, définissent son appartenance familiale et sociale, et façonnent son comportement extérieur. Le petit enfant apprend à choisir entre ce qui est permis et ce qui est interdit, tandis que l’enfant plus grand apprend à se conformer, malgré ses pulsions, aux lois sociales. L’adolescent, quant à lui, a accumulé suffisamment de connaissances du monde extérieur à lui pour comprendre, comparer et choisir un comportement qui tend à le définir et à asseoir une identité qui lui est propre. C’est une période difficile, complexe et vulnérable, comportant souvent le rejet d’une partie de l’idéal parental. L’adolescent cherche à être le plus proche possible d’une image psychologique à laquelle il veut s’identifier. D’où les comportements d’imitation : imitation d’un père idéalisé qui fume, boit de l’alcool ; imitation d’un ami leader qui parle bien, joue bien au football, plaît aux jeunes filles, dépense de l’argent dans les maquis, ou fume la cigarette, boit de l’alcool ou consomme de la drogue. Le plus souvent, il s’agit d’adolescents en difficulté avec leurs parents ou ayant des difficultés dans leur adaptation à l’école, à la maison ou dans le quartier. La drogue est alors un médicament pour combattre leur détresse, leur inadaptation à la vie. Mais c’est un mauvais médicament qui va entraîner des habitudes de consommation responsables de comportements déviants, et à l’extrême, provoquer la maladie psychiatrique. Classiquement, on incrimine donc des facteurs psychologiques (troubles de la personnalité), l’inadaptation de l’environnement (bandes de délinquants, proximité des produits, facilités financières d’accès aux produits), difficultés familiales, difficultés scolaires, traumatismes précoces (perte de parents, viols, etc.).

Aucun commentaire: