Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 21 mai 2016

INTERVIEW Fethi Benslama : «En tuant les autres, le terroriste acquiert une toute-puissance de désastre»

Par Cécile Daumas — 20 mai 2016 


Besoin d’un enracinement mais aussi jouissance morbide : le psychanalyste démonte dans son dernier essai les mécanismes psychiques qui animent les jihadistes. Un travail qui tente de comprendre pourquoi ces nouveaux martyrs choisissent délibérément la mort.

Visiblement, il a choisi son moment pour parler : «Plus tard», a précisé son avocat. Vendredi, lors de sa première audition devant la justice française, le terroriste Salah Abdeslam a préféré garder le silence. Sa parole, comme celle d’autres jihadistes, est pourtant rare et primordiale pour comprendre ce que le psychanalyste Fethi Benslama appelle Un furieux désir de sacrifice. Dans cet essai paru mi-mai au Seuil, le spécialiste fait entendre la voix de la psychanalyse sur un phénomène jusque-là principalement observé par les sciences politiques ou la sociologie. En partant de la subjectivité du sujet, Fethi Benslama livre d’autres éléments permettant de reconstituer le puzzle de l’endoctrinement et d’approcher la logique du passage à l’acte.
Vous insistez dans votre livre sur la jeunesse des candidats au jihad. Les deux tiers ont entre 15 et 25 ans, et 25 % sont même mineurs. Pourquoi ?
Les procédés de recrutement dans l’offre jihadiste exploitent un grand nombre des difficultés qui caractérisent cette période de la transition juvénile. Pour ceux qui se trouvent fragilisés psychologiquement, voire qui souffrent de troubles psychiques ou bien qui ont basculé dans la délinquance, l’offre de radicalisation peut apparaître comme une solution à leurs problèmes. J’ai vu des jeunes très déprimés se sentir tirés vers le haut en adoptant cette offre : alors qu’ils ne supportaient plus leur vie, qu’ils se considéraient comme des moins que rien, ils étaient subitement portés par un élan de toute-puissance. Leurs difficultés semblent effacées. Au fond, la radicalisation intervient comme un traitement. Un traitement par l’idéal qui se révèle plus fort que certaines substances. Ce traitement donne au sujet une conscience de son importance qu’il n’avait pas auparavant. La radicalisation religieuse confère aussi un sens à sa vie. En défendant une grande cause, le sujet se croit missionné. Il se rêve en sauveur de son groupe, car si l’enfant se pose en thérapeute de sa famille, l’adolescent veut soigner la société, sauver le monde. L’offre de radicalisation crée donc une demande à partir d’un état de fragilité identitaire, qu’elle transforme en une puissante armure.

Aucun commentaire: