Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

vendredi 13 mai 2016

Pourquoi les Françaises boudent les maternités privées

13.05.2016
Les cliniques enregistrent depuis une dizaine d'années une baisse des accouchements dans leurs établissements. La question a été abordé lors d'un congrès organisé par la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP) à Paris. "Nous sommes face à un gouffre, un mur, et on ne sait pas comment faire pour le passer", estime Marie-France Gaucher, membre du bureau de la FHP-MCO. Il y a 40 ans, le secteur public accueillait environ la moitié des naissances, contre les deux tiers aujourd'hui selon la FHP-MCO.

Conséquence, le nombre de maternités privées est passé de "234 à 150 entre 2003 et 2014", et "cela ne touche pas que les petites maternités, les plus grands établissements sont également concernés", déplore Marie-France Gaucher. Quel que soit le statut, le nombre total de maternités en France a été "divisé par trois en quarante ans, mais la part des accouchements dans les hôpitaux n'a pas cessé d'augmenter au détriment des cliniques privées", précise-t-elle.
Pour tenter d'expliquer les raisons de cette désaffection, la FHP-MCO a interrogé plus d'une centaine de cliniques. La rénovation ou la restructuration d'une maternité publique proche de leur établissement est la principale raison évoquée par les sondés. Les restes à charge - 70% des cliniques interrogées ont déclaré que leurs obstétriciens et anesthésistes facturaient des dépassements d'honoraires - ainsi que la baisse démographique des médecins ont également été avancés. De fait, selon l'Ordre, entre 2008 et 2015, les effectifs de gynéocologues libéraux ou mixtes ont diminué de 31,3%.

Aucun commentaire: