Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

vendredi 4 janvier 2019

Le risque de dépression augmente avec la perte auditive

Elsa Bellanger
| 03.01.2019



audition
Crédit Photo : PhanieZoom
La perte auditive liée à l’âge serait associée à des symptômes dépressifs. Après des études menées auprès de Chinois et de populations blanches des États-Unis, une étude américaine (1), publiée dans le « JAMA Otolaryngol Head Neck Surg », s’est intéressée à 5 328 Hispano-Américains de 58 ans d'âge médian. La prévalence de la dépression est en effet plus importante dans cette communauté que dans la communauté blanche et aucune étude sur les conséquences de la perte auditive n'y avait encore été menée de manière rigoureuse.

Les chercheurs ont croisé les données des tests auditifs des sujets (audiométrie tonale) et de l'évaluation de leur état dépressif potentiel (réalisée à l'aide de l'échelle CESD-10). Ils ont ainsi constaté un risque de dépression multiplié par 1,5 pour chaque tranche de 20 décibels de perte auditive, après ajustement selon l'appareillage auditif utilisé, l'âge, le sexe, le niveau d'éducation, le mode de vie, la présence de maladie cardiovasculaire, l'origine géographique et la consommation d'antidépresseurs.
Perte auditive et isolement social
« Plus la perte auditive est importante, plus le risque de symptômes dépressifs est grand, explique le Dr Justin Golub, auteur principal de l’étude. Les personnes souffrant d'une perte auditive sévère (perte auditive supérieure à 55 dBHL du meilleur côté, NDLR) ont un risque de dépression 4,3 fois supérieur à celui des personnes sans problème auditif ». La perte auditive, troisième maladie chronique la plus répandue chez les personnes âgées, peut en effet mener à l’isolement social et à la solitude et entraîner des symptômes dépressifs.
Pour Justin Golub, ces résultats doivent mener à une forme de prise de conscience des conséquences d’une mauvaise audition. « La plupart des gens dans le monde ne traitent pas leur perte auditive liée à l'âge : ils l'ignorent simplement et ne reçoivent pas de prothèses auditives. Les plus de 60 ans devraient subir un test auditif et, en cas de perte auditive, se faire prescrire des appareils auditifs. Le dépistage ne comporte pas de risque mais présente un bénéfice potentiel en termes de prévention de la dépression. »
(1) J S. Golub et al., JAMA Otolaryngol Head Neck Surg, doi:10.1001/jamaoto.2018.3270, 2018.

Aucun commentaire: