Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

lundi 4 avril 2016

Si « Le Généraliste » était paru en avril 1917 La presse et le cinéma, instigateurs de la criminalité précoce

04.04.2016

La criminalité précoce a quadruplé en quelques années. Un des facteurs les plus importants de la mise en action des instincts criminels est, sans contredit, la presse ; un autre facteur, non moins important, est le cinéma. Le danger de ces deux facteurs est considérable, par la publicité donnée aux actes de violence avec le récit et l’image. Le journal, le journal illustré surtout, le roman cinématographique aux drames sensationnels, sont les principaux agents de la contagion et de la propagation du crime.
Aubry, dans son étude d’anthropologie criminelle sur la « Contagion du meurtre », cite un grand nombre de faits démonstratifs.
Le nombre des meurtres ou des tentatives de meurtre commis par des enfants à la suite d’un récit, d’une lecture ou d’un spectacle, est inconcevable.
« Un de mes amis, raconte Marc, dans son livre De la folie, faillit, dans son enfance, succomber au jeu du pendu. Une exécution capitale ayant eu lieu dans la ville de Metz, lui et plusieurs de ses camarades crurent devoir imiter ce triste exemple, qui avait produit sur eux une vive impression. Il fut choisi pour le patient, un second pour confesseur, et deux autres se chargèrent du rôle d’exécuteurs. Ils le pendirent à la rampe d’un escalier et, ayant été troublés dans leur jeu, ils se sauvèrent en oubliant le pauvre pendu, que des personnes, survenues heureusement à temps, détachèrent et rappelèrent à la vie déjà prêt de s’éteindre. »

Prosper Lucas dans son Traité de l’hérédité, cite l’exemple d’un enfant de six à huit ans qui étouffa son plus jeune frère. Le père et la mère découvrent le crime ainsi que l’auteur. L’enfant se jette dans leur bras en pleurant et avoue qu’il l’a fait pour imiter le diable, qu’il avait vu étrangler Polichinelle.
Un fait absolument analogue, relaté par Sicard de Plauzoles, s’est passé à Cagny, près d’Amiens, il y a quelques années dans une famille d’ouvriers : la mère obligée de s’absenter, laissa ses trois enfants au logis ; l’aîné, qui a sept ans, et le cadet, qui en a quatre, voulurent s’amuser à « brûler Mardi-gras » ainsi qu’ils l’avaient vu faire le jour du carnaval. Ils entraînent leur frère, âgé de dix-huit mois, dans une étable ; ils le couvrent avec de la paille,et, après avoir gambadé tout autour, ils y mettent le feu. L’enfant, atrocement brûlé, pousse des cris déchirants ; on accourut, mais il était trop tard : la petite victime était morte.
L’impression la plus forte est produite par le spectacle des actes de violence.
Gall rapporte le fait suivant : des enfants étaient rassemblés dans une écurie pour voir tuer et flamber un porc ; l’opération terminée, ils jouent entre eux au cochon brûlé, et l’un d’eux consent à faire le cochon ; ses camarades le grillent à un feu de paille.
« Un fait tout analogue, raconte le Dr A. Corre, s’est passé dans un bourg de la Haute-Loire, au mois d’avril 1888 : un jeune garçon de quatre ans voit son père égorger un porc ; ses parents ne se sont pas plutôt éloignés qu’il répète l’opération sur sa petite sœur au berceau. »
La morale à tirer de toutes ces notes, c’est que la presse, messagère quotidienne de tant de crimes, c’est que le cinéma qui les matérialise dans des scènes impressionnantes, sont les causes principales de l’accroissement de la criminalité chez les jeunes gens, plus enclins à l’imitation.
(« La Chronique médicale », avril 1917)

Aucun commentaire: