Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

vendredi 8 avril 2016

Diabète de type 2 Vaincre l’insulinorésistance psychologique

08.04.2016
Environ 20 % des diabétiques de type 2 sont sous insuline et ce nombre ne cesse d’augmenter. Cependant, franchir le pas de l’insulinothérapie reste difficile. Dans l’essai DAWN, 52 % des diabétiques de type 2, naïfs d’insuline ont exprimé de l’anxiété à cette idée.
« Des barrières psychologiques persistent chez les patients (peur des hypoglycémies, crainte de ne pas savoir gérer l’insulinothérapie, perte de liberté, sentiment que l’insuline est peu efficace, prise de poids, stigmatisation etc.) mais aussi chez les soignants (crainte d’éventuels problèmes d’observance, réticence chez le sujet âgé, etc.) », énumère le Pr Alfred Penfornis, chef de service endocrinologie-diabétologie (Centre Hospitalier Sud Francilien, Corbeil-Essonne).
La bonne nouvelle est qu’une fois sous insuline, la perception change. Si le traitement reste une contrainte, on voit apparaître l’impression que l’insuline « fait du bien », « rassure » ou « est vitale ».

Insulinisation précoce, meilleur contrôle glycémique

Reste que 30 % des diabétiques de type 2 sous insuline basale ne passent pas sous la barre des 8 % d’HbA1c tandis que 60 % restent au-dessus de 7 % (Interdia 2012). Un constat dû notamment au fait qu’on initie l’insulinothérapie à des niveaux trop élevés d’HbA1c, aux alentours de 9,2 % (étude ADHOC). Le délai entre la décision de traiter par insuline et sa mise en œuvre est d’un an pour 21,4 % des patients (étude EDITH). Pourtant, plus l’insulinisation est précoce, meilleur est le contrôle glycémique.
« Parmi les déterminants prédictifs d’une HbA1c < 7 % à 6 mois, seul les niveaux basals d’hémoglobine glyquée (8,5 % pour ceux qui atteignent l’objectif d’HbA1c à 6 mois vs 9,1 %) et de la glycémie à jeun ressortent », précise Alfred Penfornis.
La fragilité des patients et le nombre excessif d’hypoglycémies durant la phase de titration initiale contribueraient également à la non-atteinte des objectifs glycémiques (étude LIGHT). À ce titre, les nouvelles insulines concentrées sont un outil supplémentaire pour mieux titrer, en limitant ce risque hypoglycémique.

Symposium Sanofi lors du congrès SFD 2016.

Aucun commentaire: