Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

lundi 4 avril 2016

L’avenir de la psychiatrie en Algérie compromis par des luttes de clans

El Watan.com 04.04.16

 
	Hôpital psychiatrique à Alger


Jusque-là, les luttes pour le pouvoir dans le monde de la psychiatrie dans notre pays étaient feutrées. Tous les coups étaient permis, mais il y avait encore un peu d’élégance, un peu de classe, les apparences étaient en quelque sorte sauves. Une gué-guerre qui n’avait pas encore envahi l’espace public, une partie d’escrime à fleurets mouchetés. La psychiatrie ne faisait pas exception aux autres disciplines médicales. Aujourd’hui, l’affrontement est acharné. Il a atteint les limites de l’insoutenable, de l’inacceptable. Il est féroce, il n’y a plus de place à la hauteur d’esprit, au raffinement, à la majesté. Il n’y a aucun état d’âme.
Le 5 mai prochain, deux rencontres de psychiatrie seront organisées à Alger. L’une à l’hôtel Aurassi, à l’initiative de la Société algérienne de psychiatrie (SAPsy), qui organise ses «19es journées nationales de psychiatrie», l’autre — la «première Journée internationale de psychiatrie universitaire» — se déroulera à l’hôtel Hilton et a été initiée par un ensemble de psychiatres, chefs de service.
Comme d’autres confrères sans doute, j’ai reçu les deux appels à communication. La question qui se pose à moi — si l’envie me prenait de proposer une communication à l’une et à l’autre rencontre —  est de savoir comment je dois faire pour être présent en même temps à ces deux endroits ? Mission impossible, à moins d’avoir des dons d’ubiquité. L’autre question est de savoir comment feront les psychiatres (et les autres médecins) qui voudront participer aux deux manifestations ? Chose ardue, chacun en conviendra. Que cache cette situation ? La réponse est évidente et — de mon point de vue — ne souffre aucune équivoque.


Aucun commentaire: