Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

mardi 22 mars 2016

Une étude de l'AP-HP indique que les SDF sont traités comme tout autre patient aux urgences

 - HOSPIMEDIA
"Contrairement à ce qui a pu être décrit dans d'autres populations fragiles ou vues comme "difficiles", les patients sans domicile fixe (SDF) bénéficient d'un même niveau de soins que les autres patients, en termes d'investigations diagnostiques et de prise en charge thérapeutique." Tel est le constat dressé le 18 mars par l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP) dans un communiqué relatant une étude sur le parcours aux urgences des SDF. Publiéla veille dans la revue scientifique American journal of public health (en anglais, payant), ce travail prospectif multicentrique de cohorte intitulé "Secours"* a été mené dans trente et un services d'urgences de France.

Les auteurs, une équipe de médecins coordonnée par le Dr Yonathan Freund des urgences de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris (13e arrondissement), ont analysé le parcours aux urgences des SDF et non-SDF présentant des problèmes médicaux de gravité équivalente afin de comparer le niveau de soins qui leur était accordé. In fine, les cas de 214 patients SDF et de 214 autres témoins ont été analysés après exclusion des SDF consultant pour hébergement sans raison médicale. Dans le détail : l'âge moyen des patients était de 43 ans et 89% étaient des hommes ; les SDF présentaient de plus lourds antécédents ; les motifs de venue aux urgences étaient similaires entre les deux groupes hormis pour ivresse (21% des SDF vs 4% pour les autres) et douleur (7% vs 17%).

Dans leurs conclusions, les auteurs constatent qu'"il n'a pas été retrouvé de différence de prise en charge entre les patients SDF et leurs témoins. Le taux de prescription d'examens complémentaires et de traitements est comparable : un examen diagnostique était prescrit pour 62% des cas vs 67% des témoins et un traitement chez 53% des cas vs 47% des témoins." Aucune différence non plus s'agissant du temps d'attente ou du mode de sortie. En revanche, ajoute l'AP-HP, le temps de passage aux urgences était plus long pour les SDF : 5,1 heures vs 3,3 pour les non-SDF.
Thomas Quéguiner
* Secours pour sans domicile fixe : épidémiologie et consommation de soins aux urgences.
Tous droits réservés 2001/2016 — HOSPIMEDIA

Aucun commentaire: