Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

vendredi 25 mars 2016

Méditation et yoga font leur preuve dans la lombalgie chronique

Damien Coulomb   24.03.2016

Les facteurs psychologiques peuvent occuper une place importante dans les lombalgies chroniques. Plusieurs approches non médicamenteuses sont envisagées par les spécialistes de la douleur mais, jusqu'à présent, seules les thérapies cognitivo-comportementales avaient été correctement évaluées. Une seule étude importante, publiée dans le « JAMA Internal Medicine », avait montré l'intérêt de la méditation pour réduire la gêne causée par la lombalgie, et uniquement chez les personnes âgées.
Or, « l'accès aux thérapies cognitivo-comportementales est limité pour beaucoup de patients, contrairement aux techniques de relaxation et au yoga qui sont de plus en plus populaires », notent le Dr Daniel Cherkin, de l'institut de recherche médical de Seattle, et ses collègues dans un article paru dans le « JAMA » qui compare l'efficacité de la méditation, des thérapies cognitivocomportementales et celle de la prise en charge classique.

2 heures de cours par semaine pendant 8 semaines

Ils ont recruté 342 adultes âgés de 20 à 70 ans, dont 116 ont bénéficié d'une formation à la médication et de cours de yoga, 113 ont bénéficié d'une thérapie cognitivo-comportementale et 113 ont constitué un groupe témoin de patients bénéficiant de leur suivi médical habituel. Les participants se plaignaient de lombalgies depuis plus de 7 ans en moyenne.
Les patients du groupe « méditation » se sont vu prescrire 2 heures de formation hebdomadaire de groupe pendant 8 semaines, complétées par des CD et des manuels d'instruction à emporter chez soi. Les séances de thérapie cognitivo-comportementale étaient assurées par 4 psychologues.
Un questionnaire était rempli par les participants au bout de 4, 8, 26 et 52 semaines. Au bout de six mois, le pourcentage de patients constatant une amélioration clinique significative était statistiquement plus important dans le groupe sous thérapie comportementale (57,7 %) et dans le groupe relaxation (60,5 %) que dans le groupe témoin (44,1 %). Il n'y avait, en revanche, pas de différence significative entre les bénéfices de la relaxation et ceux de la thérapie cognitivo-comportementale.
La gêne associée aux douleurs a été considérée comme significativement réduite par 43,6 % des pratiquants de la relaxation et du yoga, contre 44,9 % de ceux du groupe sous thérapie cognitivo-comportementale et seulement 26,6 % du groupe sous traitement standard. Dans le questionnaire distribué aux patients, cette gêne se traduisait principalement par de limitations fonctionnelles induites par les douleurs chroniques.

Pas d'effet sur la dépression

Ces résultats restent les même après un an de suivi, précisent les auteurs qui soulignent que« ces données sont d'autant plus remarquables que seulement la moitié des patients des groupes relaxation et thérapies cognitivo-comportementales ont suivi l'intégralité des séances prévues ».
« Ces résultats suggèrent que les techniques de méditations constituent une option de traitement dans le traitement des douleurs de dos », concluent les auteurs. Un bémol cependant : la fréquence de dépression et d'anxiété significativement réduite à 24 semaines n'était pas différente d'un groupe à l'autre au bout d'un an.

Aucun commentaire: