Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

vendredi 17 mars 2017

Pour ses 150 ans, l’hôpital Sainte-Anne s’offre une analyse

Actualités, services, btp, construction  Margot Guislain 


Franchir le porche d’entrée de l’hôpital Sainte-Anne (Paris XIVe), c’est encore, dans l’imaginaire collectif, entrer «chez les fous», dans un univers fantasmatique où résonnent les cris des «agités», les bruits secs des serrures fermées à double tour, où surgissent les images de couloirs interminables, de dortoirs surpeuplés, de chambres d’isolement, de camisoles de force, d’électrochocs… Malgré la violence des premiers traitements, l’hôpital Sainte-Anne représente en réalité l’épicentre des avancées majeures qui ont marqué l’histoire de la psychiatrie française, depuis les débuts de l’aliénisme au XIXesiècle jusqu’à aujourd’hui. Sous le titre «L’hôpital Sainte-Anne, pionnier de la psychiatrie et des neurosciences au cœur de Paris», ce livre publié chez Somogy éditions d’Art raconte cette épopée.

Electrochocs historiques


Parmi les électrochocs qui ont secoué l’histoire de la psychiatrie dans l’enceinte de Sainte-Anne, la psychanalyse qui a fait ici son entrée dans l’hôpital, notamment avec Lacan. Dans les années 1950, c’est ici qu’ont été utilisés pour la première fois les neuroleptiques, révolutionnant la thérapeutique au niveau mondial. Ici, aussi que médecins et chercheurs ont fait évoluer la pédopsychiatrie, la neurologie, la neurochirurgie, etc. C’est ici, enfin, que l’art trouva sa place dans l’univers hospitalier avec, dès 1946, la première «Exposition d’œuvres de malades mentaux». Celle-ci donna le coup d’envoi de la constitution progressive de la «Collection Sainte-Anne» qui aboutit à la création d’un musée intra-muros (Musée d’art et d’histoire de l’Hôpital Sainte-Anne).

Aucun commentaire: