Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

lundi 13 mars 2017

En Suisse, une chaîne de supermarché ouvre un centre médical… dans une gare !

Marie Foult
| 14.03.2017


Depuis lundi dernier, les habitants de Genève, en Suisse romande, peuvent désormais aller se faire soigner avant de prendre leur train. Un centre médical vient d'ouvrir dans la gare de Genève-Cornavin, en plein centre-ville. Particularité de ce centre de santé : il a été fondé par le groupe Migros, leader national dans la grande distribution.
Selon le quotidien la Tribune de Genève, qui a publié l'information, le supermarché de la gare est désormais doté d'une structure de 760 m2, géré par Medbase, un groupe de centres médicaux devenu une filiale de Migros en 2015. Y sont regroupés « des cabinets médicaux et un centre d'urgences »« avec pour l'instant six généralistes et un chirurgien orthopédique, à terme ils seront une dizaine », précise le journal genevois. À terme, Medbase et Migros espèrent faire baisser les coûts des soins.

Si c'est une première en Suisse romande, le groupe Migros aurait déjà ouvert 35 centres en Suisse alémanique. Surnommé le « géant orange » dans la Confédération helvétique, le groupe, qui a la forme juridique d'une coopérative, n'en est pas à son premier agrandissement : il a déjà investi dans l'enseignement et la culture, comme l'indique son site.
La santé, une marchandise comme une autre ?
Depuis janvier 2017, Migros gère également une plateforme numérique publiant « astuces et conseils » pour adopter un mode de vie sain, avec « des offres et des prestations pertinentes en matière de santé ». La chaîne de supermarchés a également annoncé qu'à partir de l’été 2017, l’intégration d’une pharmacie dans un magasin serait testée.
L'Association des médecins du canton de Genève (AMG), citée par la Tribune, ne s'est pas déclarée hostile à ce centre de santé, même si elle met en garde contre la protection des données.
Chez les médecins français, l'information fait grincer des dents. Les Généralistes CSMF estiment qu'avec cette initiative, « la santé est devenue une marchandise comme les autres, disponible à terme sept jours sur sept, sans se soucier réellement du parcours de soins du patient et de sa prise en charge globale ».

Aucun commentaire: