Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

mardi 21 janvier 2014

Comment apprendre à apprendre ?

François Taddéi (Wikipédia@francoistaddei) est biologiste de formation. Il est le cofondateur duCentre de recherche interdisciplinaire (CRI). Sur la scène des Entretiens du Nouveau Monde industrielce promoteur de l’interdisciplinarité est venu évoquer son obsession : comment innover dans l’éducation, comment apprendre à apprendre…
Quand Garry Kasparov a perdu contre Deep Blue, The Economist titrait “si votre métier ressemble aux échecs, il faut vous préparer à changer de métier”. L’évolution du jeu d’échec est devenue une métaphore du futur, estime François Taddéi. Après avoir perdu contre Deep Blue, Kasparov s’est lancé dans le jeu d’échec avancé, c’est à dire une modalité où homme et machine jouent ensemble et pour Kasparov, les sessions de jeu sont devenues beaucoup plus intéressantes. Son plus célèbre adversaire, Karpov a également tenté une partie seul contre le reste du monde, qu’il a largement dominé. Mais dans une version améliorée de cette partie, où des éditeurs humains sélectionnaient parmi tous les coups que proposaient des centaines de joueurs d’échecs le meilleur coup, Kasparov a gagné mais a été impressionné. Pour lui, c’était là la plus intéressante partie qu’il ait jamais jouée, preuve qu’un collectif d’humain, organisé par une machine pouvait largement mettre en défaut l’expert…
“Aujourd’hui, notre système éducatif sélectionne ses éléments sur leur capacité à mémoriser des leçons. Pas sûr que ce soit une bonne méthode, puisque n’importe quel ordinateur est plus doué que nous…”, rappelle François Taddéi sur la scène des Entretiens du Nouveau Monde industriel. La technologie transforme chaque jour un peu plus le monde en laboratoire. La Nasa est allée sur la lune avec un ordinateur qui était moins puissant que n’importe lequel de nos smartphones. Désormais, l’intelligence est dans chacune de nos mains, une simple lentille qui coûte seulement quelques euros peut transformer n’importe quelle caméra de ces appareils en un microscope plus puissant que ceux dont on se sert en cours.
Du fait de la collaboration mondiale permise par les outils numériques, le coût de séquençage du génome a décru plus vite que la loi de Moore, tant et si bien qu’on peut déjà dire qu’il ne coûtera plus rien du tout demain… Et François Taddéi de donner ainsi nombre d’exemples pour montrer que la technologie change tout, mais qu’on ne s’y prépare pas. Comme l’explique Michael Nielsen (@michael_nielsen) dans Reinventing Discovery, la science n’a cessé de progresser. Le nombre de publications scientifiques double désormais tous les 15 ans, tant et si bien qu’il devient impossible d’être microspécialiste… “Cela signifie que nous allons avoir besoin, plus que jamais, d’interdisciplinarité. Nous allons avoir besoin partout de collectifs toujours plus importants pour apprendre, travailler, découvrir, innover…”
Or, force est de constater que la pédagogie, elle n’a pas progressé aussi vite que la science.“Rien ne ressemble plus à une salle de classe d’aujourd’hui qu’une salle de classe du Moyen-Âge. Même si désormais 150 000 personnes peuvent suivre le même cours sur un Mooc, la pédagogie, elle n’a pas vraiment changé. Si les possibilités d’accès au savoir se sont élargies, l’échange, lui, est resté largement unilatéral. Comment changer cela ? Comment réinventer la connaissance ? Comment innover ? Combien de nos barrières mentales sont tombées ? Combien en avons-nous encore devant nous ?” Humboldt proposait déjà de passer à la liberté d’apprendre, d’enseigner et de recherche… Mais ce n’est pas vraiment ce que l’on retrouve aujourd’hui dans les universités, estime le spécialiste de l’éducation. “Le professeur, ne devrait pas tant délivrer le savoir, que servir de mentor, accompagner les étudiants dans leurs projets personnels…”
Lire la suite ...

Aucun commentaire: