Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

vendredi 23 septembre 2016

Pourquoi nos organes sont inégaux face au cancer


Etude de cellules souches somatiques adultes à l’aide d’un cytomètre à balayage laser.

Etude de cellules souches somatiques adultes à l’aide d’un cytomètre à balayage laser. Photo Philippe Plailly. Eurelios. LookAtSciences

La maladie ne touche pas de la même manière les organes. Pour comprendre ce phénomène, la recherche tente une approche «évolutionniste», envisageant chaque partie du corps comme un écosystème.

C’est un fait : face au cancer, certaines parties de notre corps sont bien plus vulnérables que d’autres. Ainsi, les cancers du cerveau, du cœur, du pancréas ou de l’intestin grêle sont assez rares par rapport à ceux du sein, de la peau, du côlon ou de la prostate. Mais comment expliquer cette hétérogénéité entre nos différents organes et tissus ? Pour les scientifiques, la question constitue un casse-tête à résoudre s’ils veulent mieux comprendre cette maladie, devenue, il y a peu, la première cause de mortalité en Europe de l’Ouest. Pour y parvenir, ils se penchent sur les possibles causes internes - telles que le nombre de cellules souches en division dans chaque organe - ou, au contraire, sur des facteurs externes tels que la pollution ou le mode de vie (alimentation, tabagisme, alcool, etc.) qui ne vont évidemment pas avoir le même impact sur tous les organes. Mais une troisième voie de recherche, plus inattendue, commence à émerger : elle s’appuie sur les concepts de l’écologie et des sciences de l’évolution. Pour ceux qui douteraient du sérieux de la chose, sachez que ce nouveau champ, baptisé «Ecologie évolutive des organes», vient de faire la une de la prestigieuse revue Trends in Cancer, relayant les travaux d’une équipe de chercheurs français, américains et australiens.
Un fois par mois, Libération publie en partenariat avec le magazine en ligne de l’organisme (https://lejournal.cnrs.fr), une analyse scientifique originale.
Tout d’abord, ces scientifiques proposent de regarder le corps humain autrement, en enfilant les lunettes de l’écologie. L’idée, qui peut paraître surprenante de prime abord, est d’envisager les organes du corps comme une myriade d’écosystèmes plus ou moins connectés entre eux. A l’image d’un petit coin de forêt ou d’un bout de plage, chacun de ces organes écosystèmes a ses propres caractéristiques «biotiques» (telles espèces de bactéries et de microbes présentes en telle quantité) et «abiotiques» (la température, l’exposition aux UV, le pH, la quantité d’oxygène). Au sein de ce réseau, les cellules cancéreuses sont comparables, à bien des égards, à des parasites microscopiques qui se seraient adaptés aux conditions locales.

Aucun commentaire: