Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

mardi 3 septembre 2019

Rentrée scolaire : quand le prof renforce les inégalités dès le premier cours

Par Chloé Leprince   02/09/2019

Préjugés, tri précoce, impact sur la scolarité, stratégie d'image pour se faire bien voir... lucides, les lycéens redoutent les fiches de renseignements que les enseignants font remplir à la rentrée. Une étude montre que 74% d'entre eux mentent sur leur fiche.
Près de quatre élèves sur cinq est mal à l'aise lorsqu'il doit remplir une fiche de renseignements à la rentrée.
Près de quatre élèves sur cinq est mal à l'aise lorsqu'il doit remplir une fiche de renseignements à la rentrée. Crédits : DigitalVision Vectors - Getty
Profession des parents, loisirs, matières préférées et parfois lectures favorites, voire carrément projet professionnel… De mémoire d’ancien(ne) élève scolarisé(e) dans les années 80 ou 90, c’était à peu près systématique : à chaque rentrée, et dans chaque matière, l’enseignant entamait le tout premier cours en faisant remplir à ses élèves une fiche de renseignement. 
Une pratique qui serait, paraît-il, sur le déclin aujourd'hui ? N’empêche :  il y a moins de deux ans, enquêtant sur le terrain, la chercheuse en sciences de l’éducation Audrey Murillo notait dans son carnet de recherche (accessible en ligne sous la forme d’un blog) que dans les lycées agricoles où elle avait posé carnet et enregistreur avec plusieurs chercheurs de ses collègues, huit enseignants sur quinze faisaient toujours remplir ces fameuses fiches en début d’année. A des élèves qui racontaient pour la plupart combien ce rituel leur apparaissait banal : “Depuis qu’on est petit, on fait ça”.
Les profs, eux, expliquaient cette année-là aux chercheurs en entretien deux usages de ces fameuses fiches :
  • souvent dès le début d’année, pour un tour d’horizon des élèves, comme on cherche à voir à qui on a affaire
  • parfois en cours d’année, “lorsqu’il s’agit d’expliquer les comportements ou résultats de certains élèves”
Or on sait depuis déjà un moment que ces fiches n’ont pas grand chose de neutre ou de banal - même quand elles partent d'une bonne intention. Ce que la sociologie a commencé par montrer, c’est l’incidence de cette pratique a priori informelle (mais rituelle) sur la manière dont ils appréhendent leurs élèves.

Aucun commentaire: