Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

mardi 9 juillet 2019

Donneurs anonymes : interrogations légitimes

A l’orée de la paternité, Rémi Delescluse filme sa quête génétique, pointant au passage les mutations de la société en trente ans.
Par   Publié le 9 juillet 2019


On estime à 70 000 le nombre d’enfants nés d’un don de gamètes en France.
On estime à 70 000 le nombre d’enfants nés d’un don de gamètes en France. STP PRODUCTIONS

arte – mardi 9 juillet – 22 h 25. documentaire
Attention, sujet brûlant. Alors que le débat sur l’extension du droit à la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et aux femmes seules s’échauffe, Les Enfants du secretrappelle, simplement et sans polémique, les problèmes posés par l’anonymat du donneur.
L’auteur, Rémi Delescluse, 36 ans, né de PMA, y confie ses interrogations et filme sa quête de réponses, faite de rencontres, de premières fois. Il permet, au passage, de prendre conscience de ce que l’on résume trop rapidement par : la société a changé.
Rémi Delescluse n’est pas traumatisé d’être né d’un don de gamètes – le sperme et les ovocytes. Ses parents lui ont parlé alors qu’il avait 5 ans : « Papa n’est pas vraiment papa, mais c’est quand même papa. » Ce qu’il avait traduit par : « J’ai trois parents », sans plus vraiment y penser.
Mais il y a deux ans, désirant fonder une famille, il demande à connaître le nom de son donneur et apprend que c’est impossible. Le quart du patrimoine génétique de son enfant à naître lui restera inconnu. Et s’il était porteur d’une maladie héréditaire ? Il n’y avait pas songé jusqu’ici. Le législateur non plus, lorsque, en 1994, il pose les fondements du don de gamètes sur le triptyque gratuité-anonymat-volontariat. Pour l’Eglise, la PMA est un « adultère sans joie ». Et c’est en partie pour effacer le côté adultérin de l’acte qu’il est rendu anonyme.
Lire la suite ...

Aucun commentaire: