Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 21 janvier 2017

La médecine de demain selon le Pr Vallancien ? Des robots, des supergénéralistes et la fin des spécialistes

Anne Bayle-Iniguez
| 19.01.2017


Le Pr Guy Vallancien, 71 ans, est un habitué des positions iconoclastes sur la médecine et le système de santé. Invité à s'exprimer sur l'humanisme numérique, lors d'une rencontre organisée par l'agence Nile, l'urologue de l'institut mutualiste Montsouris s'en est donné à cœur joie.
 
Le Pr Vallancien a appelé ses confrères à faire confiance à la médecine robotisée plutôt qu'à la craindre. La « précision diabolique » des robots infirmiers et la pertinence des robots aides-soignants « capables de donner à boire ou de ramasser le livre tombé au sol de la personne alité » permettront aux médecins et aux soignants de « récupérer du temps médical pour mieux exercer leurs métiers », a plaidé l'académicien.

« Et qu'on ne me dise pas que toutes les personnes humaines sont adorables et que tous les robots sont des salauds, a-t-il ironisé. Je vous assure que dans certains EHPAD, c'est loin d'être le cas. »
Toutes les spécialités vont « morfler »
Dans son plaidoyer pour une « médecine humaniste », acceptant les révolutions technologiques sans être laissé au bord de la route, le chirurgien invite ses confrères à considérer à nouveau le patient « dans sa globalité », et non par le prisme de leur spécialité. « Les radiologues vont disparaître et les biologistes sont déjà morts, ose-t-il. Nous, les chirurgiens, on fera de la télémanipulation et on surveillera les machines tandis que les robots opéreront à notre place. Toutes les spécialités vont morfler. Au final, celui qui s'en sortira le mieux est le médecin généraliste global ! »
Dans cette logique, le Pr Vallancien estime que les politiques de santé doivent prendre en compte obligatoirement les évolutions technologiques pour arrêter leurs décisions. « Cessons d'injecter des étudiants en médecine alors qu'il faut moins de médecins », a-t-il grondé.

Aucun commentaire: