Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 4 juin 2016

Le cerveau aussi souffre de la pollution

Dr Charlotte Pommier
03.06.2016
Sélectionnées début juin parmi les projets phares de la semaine verte européenne (1), les initiatives du Sustainable Brain Health Institute (SBHI) visent à promouvoir la prise de conscience de chacun de l’importance de la santé du cerveau. Cette association à but non lucratif s’intéresse à deux axes de prévention : l’activité physique et la nutrition d’une part, la pollution atmosphérique et domestique d’autre part.
C’est moins connu, outre son impact respiratoire, la pollution a également des conséquences néfastes sur le cerveau. Elle provoque une action inflammatoire, sur la microglie, et des dommages cellulaires aussi bien astrocytaires, dendrocytaires que neuronaux. Elle est aujourd’hui considérée comme priorité d’action numéro un par l’OMS.

Performances cognitives diminuées et risque de troubles comportementaux
Deux études récentes (2), (3) ont montré que les personnes exposées à une plus forte pollution ont des performances cognitives diminuées, et pour la seconde que l’incidence de maladie d’Alzheimer et de démence vasculaire est augmentée dans ce contexte. Chez le fœtus, on relève dans les zones à forte pollution (Inde, Mexique), des naissances à très faible QI. Des études aussi bien chez l’animal que chez l’humain citent aussi comme conséquences possibles : les troubles comportementaux, l’hyperactivité – déficit de l’attention, l’autisme.
Parmi les responsables : les particules fines et utrafines (PAH), les composés aromatiques polycycliques, et les organiques volatils (COV), les métaux lourds, le monoxyde de carbone, l’ozone, sans oublier le tabac. Ils agissent tant via le nerf olfactif que le sang circulant.
SBHI, sous l’impulsion d’appels d’offres de la commission européenne, s’appuie sur le programme EPODE pour développer des programmes communautaires de promotion de l’hygiène de vie et de prévention à l’école, en entreprise et à travers les équipements publics. Il a lancé ce 2 juin une enquête accessible sur internet (4) visant à évaluer le niveau de connaissance du public européen sur ces sujets. Pour les parisiens, une exposition sur le thème de l’introspection et la mémoire dans le processus artistique se tient toute la semaine au 34 rue Bonaparte, entrée libre.
D’après une conférence de presse du Sustainable Brain Health Institute, Paris, 2 juin 2016
(2) Power et al, 2011
(3) Oudin et al. Env health perspect 2016
(4) www.sustainable-brainhealth-institute.com  

Aucun commentaire: