Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

mercredi 28 juin 2017

Quand le patient tombe de la table d’opération

Le Monde Blogs   Marc Gozlan  
© Pexels
Si vous devez bientôt subir une intervention chirurgicale et êtes d’un caractère particulièrement anxieux, peut-être ressentez-vous quelque appréhension à l’idée que le chirurgien puisse oublier dans votre corps une compresse (surtout si vous avez lu un précédent billet) ou carrément se tromper de côté. Il est cependant un risque auquel vous n’avez sans doute pas songé : celui de chuter de la table d’opération. Vous avez tort. Cela pourrait vous arriver.  
C’est sur ce sujet, peu traité dans la littérature médicale, qu’ont planché des anesthésiologistes américains. Leur étude est parue en ligne le 8 juin 2017 dans la revue Anesthesia & Analgesia.  
Le Dr Richard Prielipp et ses collègues de la Faculté de médecine de Minneapolis, en association avec un collègue de la Mayo Clinic de Rochester (Minnesota), ont utilisé deux registres pour leur enquête. Tout d’abord : la base de données Anesthesia Closed Claims Projectde l’Association américaine des anesthésiologistes (ASA) qui recense 10 546 sinistres. Parmi 21 chutes identifiées depuis l’an 2000 chez des patients hospitalisés ou traités en ambulatoire, 15 cas concernaient des patients opérés sous anesthésie générale, 4 sous anesthésie régionale et 2 ayant reçu un traitement sous anesthésie. Les accidents se sont produits lors d’une chirurgie orthopédique ou générale, d’une biopsie, d’une endoscopie, d’une procédure visant à soulager la douleur.
Les auteurs ont également consulté la base de données de Prefered Physicians Medical (PPM, Overland Park, Kansas), seule compagnie d’assurances américaine couvrant les professionnels de santé pour les risques liés à l’anesthésie. Parmi les 13 427 sinistres recensés par PPM depuis 1987, ils ont identifié 10 cas où le patient est tombé de la table d’opération ou de celle sur laquelle il se trouvait lors d’un soin réalisé sous anesthésie.


Aucun commentaire: