Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

lundi 18 avril 2016

Les investissements dans le traitement de la dépression et de l’anxiété rapportent quatre fois leur valeur

13 AVRIL 2016 | WASHINGTON, USA -

La dépression et les troubles de l’anxiété coûtent à l’économie mondiale 1000 milliards de dollars (US $) par an; cette question est débattue à Washington dans le cadre de rencontres organisées par la Banque mondiale et l’OMS

Communiqué de presse conjoint OMS/Groupe de la Banque Mondiale
Chaque dollar US investi pour développer le traitement de la dépression et de l’anxiété en rapporte 4 sous forme d’une amélioration de la santé et de la capacité de travail, selon une nouvelle étude dirigée par l’OMS qui estime, pour la première fois, les avantages pour la santé et l’économie de l’investissement dans les traitements des formes les plus courantes de troubles mentaux à l’échelle mondiale.
L’étude, publiée aujourd’hui dans The Lancet Psychiatry, donne de puissants arguments pour investir davantage dans les services de santé mentale dans tous les pays, quels que soient les niveaux de revenu.
«Nous savons que le traitement de la dépression et de l’anxiété se justifie pleinement pour la santé et le bien-être; cette nouvelle étude confirme également son bien-fondé au niveau économique», a déclaré le Dr Margaret Chan, Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). «Nous devons désormais trouver des moyens pour veiller à ce que l’accès aux services de santé mentale soit une réalité pour tous les hommes, femmes et enfants, où qu’ils vivent.»

Les cas de dépression et d’anxiété progressent

Les troubles mentaux courants sont en recrudescence dans le monde entier. Entre 1990 et 2013, le nombre de personnes souffrant de dépression et/ou d’anxiété a augmenté de près de 50%, passant de 416 millions à 615 millions. Près de 10% de la population mondiale est affectée et les troubles mentaux représentent 30% de la charge de morbidité mondiale non létale.
Les situations d’urgence humanitaire et les conflits en cours accroissent les besoins d’étendre les options thérapeutiques. Selon les estimations de l’OMS, dans les situations d’urgence jusqu’à 1 personne sur 5 souffre de dépression ou d’anxiété.

Aucun commentaire: