Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

vendredi 17 février 2017

SUISSE À l’hôpital, les jeunes médecins suisses passent trois fois plus de temps devant l’écran qu’auprès des patien

Stéphane Long
| 18.02.2017      



Un interne suisse passe en moyenne moins de 15 minutes par jour auprès de chacun de ses patients et près de la moitié de son temps devant un ordinateur. C’est l’une des conclusions d’une étude menée par une équipe du centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), à Lausanne (Suisse).

SUISSE 
De mai à juillet 2015, le travail de 36 internes du service de médecine interne de cet établissement a été scruté. Des intervenants ont scrupuleusement relevé sur tablette les activités effectuées au fil de la journée (8 h à 18 h et 16 h 30 à 23 h 30). Selon les auteurs, il s’agit de la plus importante étude réalisée sur le terrain et non pas à partir d’interviews. Les résultats ont fait l’objet d’un article publié début février dans « Annals of internal medicine » (*).
Il ressort que les internes passent trois fois moins de temps au chevet de leurs patients (8 par médecin au CHUV) que devant un écran. Une bonne partie de l'activité sur ordinateur consiste à consulter et à saisir des données dans le dossier médical informatisé des malades. Plus de la moitié d'une garde est consacrée à des tâches indirectement liées au patient (staffs, revue de littérature, prises de rendez-vous…).

Lourdeurs administratives
La visite auprès des patients, les examens cliniques, la consultation du dossier médical informatisé, les prescriptions occupent plus de 20 % de la durée totale d'une garde. 
Selon les auteurs, la part du temps passé auprès des patients n’a pas significativement évolué au cours des dernières années, même depuis la mise en place des dossiers médicaux informatisés.
Le travail sur écran est réparti tout au long de la journée mais se concentre plus particulièrement après la garde, lorsque les internes ont une vue globale des situations médicales de la journée, qu’ils sont moins interrompus par leur travail et par les collègues.
Conséquence : les horaires de la garde (10 heures) s’allongent en moyenne d’1 h 36. Les auteurs notent que ce travail sur ordinateur se fait rarement en présence des patients, même lorsque cela est possible. « La part importante du temps devant un ordinateur et consacré à des activités non axées sur le patient peut susciter de la frustration chez les internes en raison du peu de valeur médicale de ces tâches et augmenter le risque de burn out », écrivent-ils.
Les auteurs avancent plusieurs solutions. Outre l’augmentation des effectifs, dont le « coût serait prohibitif pour de nombreuses structures », ils suggèrent de déléguer les tâches administratives, évaluées à 40 minutes dans l’étude, afin de permettre aux internes de se consacrer à des tâches médicales plus valorisantes.
Le recours plus systématique à des dispositifs de reconnaissance vocale et une meilleure ergonomie des dossiers médicaux informatisés constituent d’autres pistes d’amélioration.
(*) Auteurs : Nathalie Wenger, Marie Méan, Julien Castioni, Pedro Marques-Vidal, Gérard Waeber et Antoine Garnier. 

Aucun commentaire: