Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

mardi 14 février 2017

Dépressions majeures selon le degré de latitude et de population

 13/02/2017
Malgré leur place importante en psychiatrie, des incertitudes planent encore sur l’épidémiologie des épisodes dépressifs majeurs (EDM) et notamment l’influence de l’environnement : ainsi les contrées « hyperboréales » (comme le Grand Nord canadien, proche du cercle Arctique) sont-elles plus ou moins propices aux dépressions que les régions de latitude moins élevée ? Et la vie citadine prédispose-telle davantage à ces troubles que la vie en milieu rural ?

Plus à la ville qu’aux champs

S’appuyant sur « 11 études (canadiennes) transversales » portant au total sur près de 480 000 sujets, et réalisée à l’Université de Calgary, dans l’Alberta, au Canada, une méta-analyse[1] confirme que la prévalence des EDM s’avère effectivement « plus élevée dans les régions urbaines » de ce pays. Toutefois, comme la différence constatée (Odds ratio =1,18 intervalle de confiance à 95 % [1,12–1,25], p < 0,01) s’élève ainsi à « 18 % d’EDM supplémentaires en ville par rapport à la campagne», elle demeure, estiment les auteurs de cette  recherche, « insuffisante pour imputer des besoins de services différents », c’est-à-dire pour planifier une augmentation de l’offre de soins liée à ce surcroît de morbidité psychiatrique entre villes et campagnes, indépendamment de l’offre déjà majorée par la plus forte densité de population urbaine, par rapport aux zones rurales.

Et plus on est proche du pôle

Émanant également de l’Université de Calgary et portant aussi sur près de 500 000 sujets, une autre étude[2] évalue cette fois l’incidence possible de la latitude sur la prévalence des EDM. L’information sur la latitude où vit l’intéressé est obtenue d’après son code postal. S’appuyant sur une analyse des données en régression logistique et des modèles « incluant la latitude comme variable continue », les auteurs constatent l’existence d’une « association statistiquement significative » entre la latitude et la prévalence des EDM, laquelle augmente « avec la latitude croissante », et cette association persiste après correction pour divers « facteurs de risque connus. » Cependant, l’effet de ce gradient de latitude sur la majoration du risque dépressif n’a qu’une « magnitude modeste », car on observe seulement une « augmentation de 1 à 2 % de prévalence des EDM » par degré supplémentaire de latitude. On note aussi une limitation inhérente à la géographie humaine : vu l’insuffisance de données, ce gradient ne peut pas être « généralisé au-delà des centres de population majeurs qui ont tendance à se situer à moins de 55° de latitude Nord au Canada. »
Étant la première à évaluer l’incidence de la latitude sur le risque dépressif, cette étude demande à être répliquée pour confirmation, en appréciant aussi d’autres facteurs comme « l’exposition à la lumière, les modèles météorologiques ou des déterminants sociaux. » Quoi qu’il en soit, le rapprochement de ces deux enquêtes épidémiologiques montre que les EDM ont assurément, parmi leurs facteurs étiologiques, certaines composantes en rapport avec la géographie humaine (habitat urbain ou rural) ou même physique (latitude).
Dr Alain Cohen
RÉFÉRENCES
[1] Wiens K et coll.: The prevalence of Major Depressive Episodes is higher in urban regions of Canada. Can J Psychiatry, 2017; 62: 57–61.
[2] Patten SB et coll.: Major Depression prevalence increases with latitude in Canada. The Can J Psychiatry, 2017; 62: 62–66.

Aucun commentaire: