Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 20 août 2016

À quel point sommes-nous prévisibles ?

Comment puis-je affirmer ma liberté face à un Dieu qui, omniscient, a toujours déjà décidé de tout ? C’est une question que se posaient les philosophes de la modernité naissante, tels Descartes ou Leibniz, et que nous avions pris l’habitude de considérer comme datée. Du moins, avant que ne surgisse, au tournant du siècle, un nouveau genre d’entité omnisciente et qui semble prédire de manière de plus en plus exacte nos choix, nos goûts, nos pensées ou nos actions, avant même que nous ayons la possibilité de les formuler. Armés d’algorithmes toujours plus fins moulinant des big data toujours plus pléthoriques, ces nouveaux Moloch numériques que sont Google, Facebook ou Amazon nous connaissent sans doute mieux que nos proches. C’est un problème de nature politique, bien sûr, que nos sociétés auront à affronter. Mais c’est d’abord une énigme métaphysique que nous posent les data scientists de la Silicon Valley : sommes-nous aussi prévisibles que ce qu’ils prétendent ? Quels moyens avons-nous, sinon de dérouter, du moins d’échapper à nos déterminismes sociaux désormais assistés par ordinateurs ? Et surtout : comment pourrais-je affirmer ma liberté si je sais qu’une machine, quelque part, a déjà anticipé mon prochain geste ? Autrement dit : qu’en penserait Leibniz ?


Aucun commentaire: